Galeries Lafayette se mobilise face aux incertitudes de 2003

 |  | 321 mots
Lecture 1 min.
"Le démarrage de ce conflit [en Irak] va peser un peu sur le tourisme international et nous y sommes sensibles à Haussmann". Le constat de Philippe Houzé, co-président de Galeries Lafayette, interrogé par Reuters, est clair. Néanmoins, le groupe estime avoir la capacité de réagir. Pour contrer les effets néfastes des incertitudes géopolitiques et économiques sur son activité, il va ainsi lancer "des opérations promotionnelles fortes" et effectuer "un contrôle strict des coûts et des investissements".Des mesures qui devraient lui permettre "d'engager une nouvelle phase de croissance rentable" et de continuer sur la lignée de 2002, où il a fait preuve d'une belle résistance, au-delà des attentes du marché.C'est ainsi que le résultat d'exploitation a gagné 19,9%, à 275,7 millions d'euros, alors que les analystes, selon Reuters, n'attendaient en moyenne pas plus de 267 millions d'euros. Les améliorations des résultats, de 36% chez LaSer (Cofinoga) et de 34% chez Monoprix, ont largement compensé les difficultés de l'enseigne BHV (-42%). Le résultat des magasins Galeries Lafayette est quant à lui resté stable à 61,3 millions d'euros. Ce qui pour Philippe Lemoine, l'autre co-président, interrogé par l'AFP, est "un bon score" dans une "conjoncture en dents de scie".Enfin, bénéficiant de pertes exceptionnelles moins élevées qu'en 2001 (8,8 millions contre 41,6 millions), le résultat net a progressé de 30,3%, à 83,9 millions d'euros. Un chiffre là encore meilleur que prévu, le marché tablant jusqu'ici sur un bénéfice moyen de 80,3 millions d'euros.Bref, le groupe estime avoir fait preuve l'an passé de "solidité", de "dynamisme" et de "résistance". Un discours qui ne semble toutefois pas convaincre pleinement les investisseurs, certainement anxieux des répercussions que pourrait avoir le conflit irakien sur l'activité des grands magasins. D'autant que le groupe a annoncé une baisse de 3% des ventes du magasin parisien du boulevard Haussmann en janvier-février. En fin de journée, l'action recule de 3,8%, à 91,15 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :