Cable & Wireless se retire des Etats-Unis

 |  | 660 mots
Lecture 3 min.
L'heure est aux mesures radicales: Cable & Wireless, le groupe britannique de télécommunications, qui a perdu pour son exercice écoulé la coquette somme de 6,5 milliards de livres, a annoncé ce matin ses grandes options stratégiques. Points clés: le groupe veut désormais mettre l'accent sur ses activités en Grande-Bretagne et va se retirer du marché américain sur lequel il avait massivement investi.Nommé en janvier 2003, le nouveau PDG de Cable & Wireless, Richard Lapthorne, a mis en avant ce matin trois priorités stratégiques: le développement de son activité sur certains marchés nationaux où le groupe dispose de positions fortes; la "re-dynamisation" des opérations britanniques; le retrait des Etats-Unis. Le tout avec un grand objectif: la construction d'un groupe de "sociétés télécoms nationales profitables", liées par une stratégie commune.Cette vision implique l'élimination des activités nationales déficitaires, en premier lieu aux Etats-Unis. Dans ce dernier pays, le groupe britannique a massivement investi depuis quelques années, payant les prix du sommet de la bulle: 1,47 milliard de dollars pour les activités Internet de MCI (groupe WorldCom), 580 millions de dollars pour Exodus, 340 millions pour Digital Island... Autant d'activités qui sont demeurées un foyer de pertes considérables, en dépit des plans de restructuration mis en place. Le groupe n'a pas précisé la forme que prendra ce retrait et affirme étudier "toutes les options" possibles. Le coût exact de l'opération n'est pas encore chiffré. Pour l'instant, l'opérateur n'a pas pris de décision quant à ses activités japonaises, alors que selon les dernières rumeurs, il aurait été également en passe de céder la partie nippone. Car les résultats financiers du groupe paient un lourd tribut aux excès du passé. Cable & Wireless a ainsi annoncé ce matin une perte nette de 6,533 milliards de livres pour son exercice 2002/2003 à fin mars, due essentiellement à des dépréciations d'actifs massives de 6,149 milliards. Pour l'exercice précédent, la perte était de 4,954 milliards de livres.Avant impôts, exceptionnels et amortissement des survaleurs, la perte s'établit à 224 millions de livres (311 millions d'euros) contre un bénéfice de 48 millions à la fin de l'exercice précédent. Le chiffre d'affaires du groupe s'est élevé à 4,4 milliards de livres, un chiffre qui devrait tomber aux environs de 3,5 milliards de livres quand les restructurations annoncées auront été mises en place. De fait, les chiffres soulignent particulièrement la déroute de l'activité américaine, où la perte opérationnelle est ressortie à 255 millions de livres pour un chiffre d'affaires de 512 millions. Le Japon s'en sort un peu mieux avec une perte de 40 millions pour des ventes de 323 millions.Même sur son principal marché, le Royaume Uni, où le groupe est présent depuis 131 ans, c'est la déroute. Dans cette zone, les ventes ont reculé de 16% sur l'exercice à 1,73 milliard de livres, tandis que la perte opérationnelle est ressortie à 303 millions de livres. L'opérateur a particulièrement pâti de la diminution des commandes des autres opérateurs télécoms, dont la tendance a été de se servir de plus en plus de leur propre réseau. Cable a bien essayé de se rattraper en portant ses efforts sur sa clientèle Entreprises, un virage stratégique qui n'a pas encore eu les effets escomptés.Pour l'exercice en cours, Cable entend bien inverser la tendance en dégageant une marge d'exploitation "à deux chiffres", a annoncé le président. Pour cela, il taillera encore dans ses coûts. En supprimant notamment 1.500 postes afin de voir revenir dans le vert son activité britannique. Et dans l'immédiat, afin de retrouver un peu de marge de manoeuvre financière, le groupe suspend son dividende pour un an.A Londres, le titre, après avoir lourdement chuté en début de matinée, perdant plus de 10%, termine en hausse de 7,22% à 104 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :