Sodexho à nouveau affecté par des craintes de boycott

 |   |  366  mots
"Sodexho a encore fait l'objet d'une fausse nouvelle totalement infondée", s'indignait le groupe de restauration la semaine dernière alors qu'était évoquée l'annulation d'un contrat de près d'un milliard de dollars auprès de l'armée américaine et plus particulièrement des Marines.Toujours est-il que ce problème a refait surface vendredi. Dans une lettre dont l'AFP dit avoir eu copie, des élus républicains s'apprêteraient à formuler une demande officielle à Donald Rumsfeld, le secrétaire d'état à la Défense.C'est un élu de Géorgie, Jack Kingston, qui est à l'origine de l'initiative. Il cherche actuellement à récolter le maximum de signatures avant de présenter sa requête. Une soixantaine d'élus ont déjà apposé leur signature. "Mettre un terme à la relation entre Sodexho et l'armée américaine enverra un message clair au gouvernement français que ses positionnements en politique internationale ont des conséquences économiques", est-il écrit dans la lettre, qui explique qu'un contrat de huit ans d'une valeur de 881 millions de dollars a récemment été signé.Joint par AFX News, filiale financière de l'AFP, Jack Kingston s'est même montré un plus direct, voire manichéen: "vous ne pouvez pas passer votre temps à critiquer l'Amérique et à dire que nous sommes chauvins (...) et ensuite gagner de l'argent en servant nos 'boys'".Aussi réducteur qu'il puisse paraître, ce discours a en tout cas suffi à faire de nouveau trébucher l'action, qui a lâché jusqu'à 7,4%. Elle a toutefois pu se reprendre partiellement dans l'après-midi pour finir sur un cours de 19,72 euros (-3,62%), alors qu'un porte-parole des Marines joint par l'AFP a affirmé: "le corps des Marines va remplir les obligations liées au contrat".D'une manière générale, les observateurs ne se montrent pas trop inquiets face à d'éventuelles mesures de boycott vis-à-vis de ce groupe, qui réalise la moitié de son activité aux Etats-Unis . Un analyste joint la semaine passée par La Tribune ne prévoyait pas "d'impact violent" sur les comptes et rappelait que "nombre de clients américains ignorent sans doute que la filiale Sodexho Inc appartient à un groupe français".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :