PSA révise à nouveau ses objectifs de ventes et de rentabilité

 |   |  497  mots
Comme le craignaient certains analystes, la publication ce matin du chiffre d'affaires sur neuf mois de PSA Peugeot Citroën s'est accompagné d'une révision à la baisse des objectifs du constructeur automobile pour l'ensemble de l'exercice. Dans un contexte de recul des immatriculations en Europe de l'Ouest (-1,5% depuis le mois de janvier selon les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles) et particulièrement en France (-7,1%), le groupe français indique que le volume des ventes dans sa division automobile sera compris dans une fourchette allant de 3.267.500 unités à 3.300.000 unités, contre un objectif initial de 3.350.000 véhicules. Sur les neuf premiers mois de l'année, PSA Peugeot Citroën a enregistré un chiffre d'affaires de 40,123 milliards d'euros, quasi stable (-0,1%) par rapport à la même période de l'an dernier. Le constructeur français revoit également à la baisse son objectif de rentabilité : la marge opérationnelle de la division automobile se situera à environ 3% du chiffre d'affaires, indique le groupe dans un communiqué alors que lors de la présentation des résultats semestriels, PSA avait évoqué un objectif de 3,7%, lui-même révisé en baisse à partir d'une prévision de 5-5,2%. En 2002, PSA Peugeot Citroën avait affiché une marge opérationnelle de 5% dans sa division automobile. Enfin, le constructeur automobile a indiqué que "les perspectives de Banque PSA Finance, Faurecia et Gefco restent favorables, en ligne avec les progrès significatifs enregistrés au premier semestre 2003". Dans ces conditions, Peugeot prévoit que "la marge opérationnelle 2003 du groupe se situera au-dessus de 2,1 milliards d'euros", soit très en deçà de la performance 2002 où celle-ci était ressortie à 2,913 milliards d'euros.Lors d'une conférence téléphonique, le directeur financier de PSA Peugeot Citroën a attribué cet avertissement à la hausse de l'euro face au dollar et à la baisse des ventes de voitures. La montée de la monnaie européenne par rapport au dollar et le recul d'autres devises devraient avoir pour effet d'amputer de 600 millions d'euros ou de 1,4 point la marge opérationnelle du groupe pour 2003, a ainsi expliqué Yan Delabrière. Par ailleurs, "les effets volume que nous aurons à subir" du fait du ralentissement des marchés auront un impact négatif d'un demi-point, a-t-il ajouté. Le marché ne semble pour sa part pas trop alarmé par cette révision à la baisse des prévisions du groupe. En Bourse, le titre PSA Peugeot Citroën gagne 0,84% en fin de journée. A cela plusieurs explications. Tout d'abord, le risque d'un avertissement avait été évoqué à de nombreuses reprises par des analystes et ceci avait été intégré dans les cours. Ce mois-ci, Goldman Sachs avait notamment revu à la baisse sa prévision de bénéfice pour le constructeur. D'autre part, les spécialistes semblent confiants en la capacité du groupe à rebondir en 2004. La société de Bourse Aurel-Leven insiste par exemple sur la montée en puissance l'an prochain des C2 et C3 et l'arrivée de la 407 (berline familiale).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :