Nokia rassure les marchés

 |  | 382 mots
Un jour après Motorola, c'est au tour de Nokia de revoir à la baisse ses prévisions de ventes pour le deuxième trimestre. Le premier fabricant mondial de terminaux de téléphones mobiles a ainsi indiqué, dans son traditionnel point stratégique de mi-trimestre, que ses ventes seraient "dans le bas de la fourchette des attentes". Jusqu'ici, le groupe finlandais affirmait que la croissance de ses ventes serait comprise entre 4 et 12% sur un an. Pour expliquer la médiocrité de cette croissance, Nokia rappelle la "faiblesse économique générale en Europe et aux Etats-Unis", ainsi que les effets de change et les conséquences du SRAS en Chine. Reste que l'effet de l'épidémie, s'il n'est pas négligeable, est nettement moins important pour le constructeur finlandais que pour Motorola (lire ci-contre). Le directeur financier de Nokia, Olli-Pekka Kallasvuo, a ainsi indiqué que si les stocks étaient "globalement élevés" en Chine, la situation du groupe finlandais restait "normale" dans l'Empire du Milieu. En fait, cette prévision de croissance des ventes est plus forte qu'attendue. Selon SME Direkt, cité par Bloomberg, les analystes attendaient en moyenne une prévision de croissance annuelle des ventes de 2,8% au deuxième trimestre. Soit en dehors de la fourchette des estimations.Et finalement, ce point de mi-trimestre, qui était plutôt redouté, s'est révélé plutôt rassurant. Ainsi, Nokia a confirmé ses prévisions de bénéfice par action (BPA) pour le trimestre en cours. Le groupe affirme que le BPA "devrait être en ligne avec les précédentes prévisions", c'est à dire compris dans une fourchette de 0,13 à 0,16 euro. Un bon résultat obtenu, précise le groupe, grâce au maintien d'une marge opérationnelle solide dans la division Mobiles et malgré une charge de restructuration de 350 à 400 millions d'euros. Ces annonces ont donc été accueillies avec soulagement par les marchés. Le titre Nokia, qui en début de séance à Helsinki lâchait plus de 2%, reprenait 1,71% vers 12h. Mais cette reprise a été de courte durée et le titre a reculé à nouveau, cédant 0,92% en fin de séance. L'annonce du Finlandais a cependant donné un coup de fouet aux autres fabricants de mobiles. En clôture, Alcatel a ainsi gagné 3,78%, Philips 1,54% et Ericsson 4,84%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :