AT&T et Verizon quittent la République tchèque

 |  | 349 mots
AT&T et Verizon devraient aujourd'hui annoncer leur retrait du marché de la téléphonie mobile tchèque. Selon des informations publiées ce matin par le quotidien de Prague Mlada Fronta Dnes, l'opérateur historique local Cesky Telekom (CT) devrait annoncer le rachat des 49% qu'il ne possède pas encore dans l'opérateur mobile Eurotel. Selon le quotidien, le montant de cette vente devrait être moins important que les 1,29 milliard de dollars (1,10 milliard d'euros) prévus jusqu'ici. L'agence CTK, rapportée par l'AFP, a avancé le chiffre de 825 millions d'euros selon "une source digne de foi". L'opération devrait être conclue "à la fin de l'année". L'information a été confirmée à demi-mot par une porte-parole du ministère des Technologies. "Soyez prêts pour une annonce", a-t-elle ainsi indiqué à la presse. Le président d'Eurotel a également estimé que "des progrès significatifs avaient été réalisés dans les discussions entre les actionnaires". Chez CT, en revanche, on se refusait à tout commentaire.L'opération est d'importance pour Cesky Telekom, un opérateur encore contrôlé à 85% par l'Etat tchèque et qui souffre actuellement de la concurrence sur son marché fixe. Eurotel est en effet le premier opérateur mobile du pays. Il compte 4 millions d'abonnés (soit 40% environ de la population tchèque) et dispose surtout d'une marge opérationnelle des plus enviables : 52%. Une marge dont pourra désormais bénéficier pleinement Cesky Telekom, qui profitera également des larges dividendes traditionnellement versés par Eurotel. Les opérateurs ont donc salué ces nouvelles et le titre CT était recherché ce jeudi à Prague. Il a gagné 1,01% à 351,3 couronnes tchèques. CT est la première capitalisation du pays (environ 4 milliards de dollars).Pour AT&T et Verizon, qui possédaient les 49% d'Eurotel via un joint-venture nommé Atlantic West, l'affaire pourrait également se révéler heureuse. Selon la banque Raffeisen, les Américains recevront un dividende d'Eurotel pour 2003, jusqu'à la date de conclusion de l'opération. Très endettés, les opérateurs américains cherchent actuellement à se débarrasser de leurs participations étrangères.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :