Le CAC 40 plie de plus de 4%, la géopolitique pèse sur le moral

 |  | 639 mots
Lecture 3 min.
Malaise sur les marchés. La Bourse de Paris aura passé la journée dans le rouge, du matin jusqu'au soir. Le CAC 40, assommé par le poids de la géopolitique, termine sur une baisse de 4,19% à 2.618,46 points. Mais on a frôlé la catastrophe, avec une perte proche des 5% un peu après 17 heures, à la publication de la statistique américaine du jour, l'indice des directeurs d'achat de Chicago, en net recul à 48,4 en mars, contre 54,9 en février. C'est la première fois depuis novembre qu'il ressort sous le seuil critique des 50 points. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient un repli à 50,7 du Chicago Purchasing Managers Index (PMI). Par ailleurs, sur le Vieux continent, l'indice du climat des affaires dans la zone euro est tombé à son plus bas de sept mois en mars, à -0,60, après -0,27 en février. Sur un plan fondamental, les investisseurs s'inquiètent des conséquences sur l'économie mondiale d'une extension dans la durée du conflit en Irak. Outre les valeurs financières et les technologiques, les compagnies aériennes ont été très attaquées, sous l'effet conjugué de la guerre et des risques d'épidémie liés à la pneumopathie atypique, notamment en Asie. Ailleurs en Europe, le Footsie et le Dax perdent respectivement 2,57% et 4,53%. Sur le marché des changes, le dollar affiche ses plus bas de deux semaines à 1,09 pour un euro à la clôture de Paris, contre 1,0779 vendredi soir à New York. L'aéronautique, le transport aérien et les loisirs sont ainsi particulièrement attaqués du fait des craintes d'enlisement des troupes anglo-américaines en Irak. EADS plonge de 6,76% à 6,90 euros. Air France recule encore pour sa part de 4,46% à 8,35.Les valeurs financières pâtissent, elles aussi, logiquement du recul des marchés boursiers et du risque de dépréciation de leurs actifs. Axa chute de 8,15% à 10,82 euros et AGF cède 5,64% à 24,26, alors qu'à Francfort, Munich Re a perdu jusqu'à 10% en raison des craintes d'augmentation de capital pour reconstituer les fonds propres. Du côté des banques, BNP Paribas perd 3,42% à 36,70 euros, Crédit Agricole 2,46% à 14,27 et la Société Générale 5,36% à 47,32 euros.Autre baromètre de la tendance, les valeurs technologiques s'inscrivent également en baisse. STMicroelectronics dévisse de 6,72% à 17,35 euros alors que les ventes mondiales de semi-conducteurs ont diminué de 3,3% en mars. France Télécom, qui a pourtant passé une bonne partie de la séance dans le vert, abandonne 1,16% à 18,69 euros. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) enquête sur les pratiques du groupe en vue de reconquérir les clients passés à la concurrence, rapporte Les Echos du jour. Enfin, Cap Gemini perd 3,80% à 24,29 euros. Paul Hermelin, le directeur général de la SSII, a déclaré à La Tribune qu'il maintenait son objectif de 5% de marge opérationnelle pour cette année, sauf si la conjoncture se dégrade. Il estime en outre que 2003 ne devrait pas être une bonne année pour le secteur des SSII.Vivendi Universal chute de 8,78% à 12,18 euros. Le groupe de médias a annoncé que la Securities and Exchange Commission (SEC) lui avait demandé des informations supplémentaires dans le cadre de l'enquête en cours sur ses comptes. Par ailleurs, Liberty Media a porté plainte auprès d'une cours fédérale de New York, estimant que Vivendi avait dissimulé l'état réel de ses finances en 2001 et 2002 alors que VU négociait le rachat de la part de Liberty Media dans USA Interactive. VU juge que la plainte de Liberty est "sans fondement".Enfin, parmi les poids lourds de la cote, TotalFinaElf baisse de 3,25% à 116 euros en dépit de la hausse des cours du pétrole, L'Oréal plie de 5,29% à 55,50 euros, Aventis perd 4,42% à 40,23 euros, mais Sanofi-Synthélabo cède plus de 6% à 46,11 euros.Denis Lantoine Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :