La Bourse de Paris lève le pied en fin de séance

 |  | 400 mots
Lecture 2 min.
Le Nasdaq coupe un peu l'élan de la Bourse de Paris. Alors qu'il progressait de plus de 16% peu avant 17 heures, le CAC 40 a levé le pied avec le retournement à la baisse du marché américain riche en valeurs technologiques (-0,50% au moment où Paris fermait ses portes). Au final, l'indice parisien monte de 1,12% à 3.165,49 points, avec près de 2,4 milliards d'euros échangés. Le Dow Jones gagne 0,27%. A Londres, le Footsie progresse de 1,19%. En revanche, à Francfort, le Dax, avec ses nombreuses valeurs technologiques, perd 0,23%. L'euro cède quelques fractions face au billet vert, à 1,1338 dollar.L'indice de la Bourse de Paris résiste à la baisse du Nasdaq grâce, notamment, à la très bonne forme de Total, sa première capitalisation. Le titre assure la plus forte hausse de l'indice avec un gain de 3,19% à 135,90 euros porté par les bons résultats semestriels du pétrolier et la fermeté du cours du baril de pétrole au-dessus des 30 dollars. Bouygues gagne 2,74% à 22,52 euros. Son concurrent Vinci monte de 0,51% à 59,20 euros. Le groupe de BTP a publié hier soir, après clôture, un chiffre d'affaires semestriel de 8,51 milliards d'euros, en hausse de 0,6%, mais de 2,1% à données comparables. La direction confirme ses objectifs annuels. Elle table sur une "croissance volontairement modérée" du chiffre d'affaires et sur "une poursuite de l'amélioration de la rentabilité opérationnelle".En baisse ce matin, Alstom a touché un plus bas à 1,95 euro, le titre monte au final de 3,90% à 2,40 euros. Les investisseurs restent divisés sur le plan de sauvetage du fabricant de trains.Le trafic d'Air France a progressé de 2,9% en juillet, après une stabilisation en juin (-0,1%). Le coefficient d'exploitation est en hausse de 1,4 point, à 79,4%. Le titre avance de 1,58% à 13,48 euros.GrandVision grignote 1,06% à 22 euros, toujours au-dessus des 21 euros offerts par PAI Partners dans le cadre de son OPA. Dans un entretien accordé hier à investir.fr (accès par la page d'accueil), Elie Vannier, le directeur général du groupe, a indiqué que, "en cas de contre-offre, le conseil l'examinera". 1,48% du capital a changé de mains aujourd'hui.Toujours au chapitre des opérations, une société américaine, Arnhold and S' Bleichroeder Advisers, actionnaire à hauteur de 5,1% de Legris Industries, s'oppose au projet d'OPA initié à 23 euros par action. La famille Legris ne ferme pas la porte à un éventuel relèvement de l'offre. L'action en profite: + 1,76% à 23,10 euros, et repasse donc au dessus du seuil des 23 euros.Olivier PinaudCopyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :