Le Club Med renonce à ouvrir son village pour jeunes Oyyo

 |   |  486  mots
Il n'y aura pas de saison 2003 pour Oyyo. Deux ans à peine après sa création, le concept de villages Club Med dédiés aux "jeunes adultes" est déjà remis en cause. "Nous renonçons à ouvrir ce village en juin", a indiqué un porte-parole du groupe, confirmant une information parue ce matin dans Le Figaro. Il a expliqué cette décision par "le taux de réservation", mais aussi "par la conjoncture". Situé à Bekalta, à 30 km au sud de Monastir, le village Oyyo a été ouvert en mai 2001. Le village, qui fonctionne normalement de juin à septembre, devait entamer sa troisième saison. Une vaste discothèque en plein air constituait le coeur du site, offrant aux vacanciers la possiblité de danser toute la nuit. Ces derniers étaient logés dans des bungalows sommaires, fabriqués en bois et en toile. Le groupe proposera aux clients qui ont déjà acheté un séjour dans le village une offre de substitution dans un site se rapprochant du village Oyyo, tel que Cefalu (Sicile) ou Djerba la Fidèle (Tunisie). Mais le concept de ce village pour jeunes n'a pas obtenu le succès escompté. Pour être rentable, Oyyo, qui comprend 1.700 lits, devait enregistrer un taux de remplissage proche de 60 %, un niveau qui semblait difficile à atteindre au regard des réservations et des ventes de dernière minute. "Nous étions en perte l'an dernier et nous l'aurions vraisemblablement été de nouveau cette année", a expliqué un porte-parole du Club Med au Figaro. Parallèlement, le Club s'est adapté à la baisse des réservations en Turquie, repoussant par exemple l'ouverture de certains villages. Le Club Med va conserver le village d'Oyyo, mais il est en train de repenser sa stratégie. Le spécialiste du loisir étudie "une approche globale stratégique du marché des jeunes", qui continue de représenter une marché "important" pour le groupe, a souligné un porte-parole, ajoutant que l'étude était en cours et devrait être prête pour la saison 2004.Le 15 mars, le Club Méditerranée s'était déclaré confiant sur le long terme après une année 2002 peu facile. "La mise en oeuvre de nos nouvelles priorités stratégiques, que ce soit l'élargissement de notre distribution ou l'élimination de nos foyers de perte, nous met en position de retrouver croissance et rentabilité dès que le contexte géopolitique s'éclaircira", avait estimé Henri Giscard d'Estaing, le président du groupe. L'évolution du titre du Club Méditerranée est particulièrement sensible au moral des ménages, et à la conjoncture du tourisme international. Mardi, le marché a d'abord salué cette nouvelle, qui s'inscrit dans le cadre de la politique de maîtrise des coûts du groupe, avant de faire marche arrière. Fnalement en clôture mardi, l'action Club Med reste inchangée par rapport au cours de la veille à 19,5 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :