Le CAC 40 insensible à la baisse de l'indice américain ISM des services

 |  | 667 mots
Première séance de la semaine positive à Paris. Le CAC 40 termine en hausse de 0,70 % à 3.210,27 points, malgré un indice ISM des services aux Etats-Unis en baisse en décembre. L'indice qui résume le moral des directeurs d'achat des grandes entreprises retombe à 54,7 contre 57,4 en novembre, en dessous des attentes des analystes. Toutefois, le repli reste contenu et le chiffre se maintient au-dessus des 50, seuil de démarcation entre opinion positive et négative.Du coup, à New York, les indices sont bien orientés. Le Dow Jones prend 1,36 % et le Nasdaq 1,78 %. Ailleurs en Europe, le FTSE 100 londonien cède 0,23 % à la clôture. A Francfort, le Dax gagne 0,89 %. Sur le marché des changes, l'euro progresse face au billet vert à 1,0472 dollar, contre 1,0415 vendredi à New York.A Paris, la plus forte hausse revient à Alcatel : + 4,72 % à 4,88 euros. Morgan Stanley a relevé son objectif de cours à 3,5 euros mais reste à sous-pondérer sur la valeur. Dans l'ensemble, les valeurs technologiques ont passé une bonne journée. Cap Gemini monte de 3,77 % à 25,06 euros.Vivendi Universal s'adjuge 3,24 % à 17,2 euros. Schroder Salomon Smith Barney a relevé sa recommandation sur le titre de "performance en ligne" à "surperformance". L'intermédiaire a en outre porté son objectif de cours de 17 à 20 euros après que Standard & Poor's a levé, vendredi, sa mise sous surveillance de la dette du groupe.France Télécom avance de 3,36 % à 19,69 euros. Le groupe pourrait ne pas recourir à l'aide de 9 milliards d'euros de l'Etat, selon une source proche du dossier citée par Reuters. A la place, l'opérateur téléphonique procéderait à une nouvelle émission obligataire de 5 milliards. France Télécom est revenu avec succès sur le marché obligataire en décembre dernier. Par ailleurs, selon le Figaro, France Télécom pourrait prochainement envisager un retrait de la cote de Wanadoo (+ 4,62 % à 4,76 euros). La rumeur a déjà circulé à plusieurs reprises dans les salles de marché. Enfin, l'accord conclu en novembre avec MobilCom pourrait être menacé par les tensions au sein de la direction de l'opérateur allemand, selon le Welt am Sonntag.Schneider Electric monte de 0,78 % à 47,85 euros. Le fabricant d'appareillages électrique a confirmé son objectif de marge d'exploitation de 14 % en 2004.Renault avance de 1,32 % à 46,2 euros. Sa filiale japonaise Nissan a fait état d'une baisse de 2,2 % de ses ventes aux Etats-Unis en décembre, par rapport à décembre 2001, et d'une augmentation de 3,1% au Japon.En dehors du CAC 40, Neopost gagne 4,46 % à 33,96 euros. Le groupe français a trouvé un arrangement à l'amiable avec l'américain Pitney Bowes qui lui reprochait une violation de ses brevets. Les deux spécialistes du traitement du courrier ont signé un accord de licence réciproque. BNP Paribas a relevé sa recommandation sur Neopost de "neutre" à "surperformance" et porté son objectif de cours de 40 à 43 euros.Rhodia avance de 1,49 % à 8,15 euros. Le chimiste a vendu son activité commerciale dans les enzymes en Grande-Bretagne à l'américain Genencor. Rhodia souligne que cette opération lui permet de confirmer le dépassement de son objectif de 500 millions d'euros de produits de cessions annoncé début 2002.Air France chute de 3,51 % à 9,89 euros, pénalisé par deux mauvaises nouvelles en provenance de ses concurrents européens. British Airways prévient que son chiffre d'affaires annuel 2002 sera en baisse par rapport à celui de 2001, même si le nombre de passagers a augmenté de 2,8 % en décembre dernier. Et le néerlandais KLM avertit qu'il ne devrait pas être bénéficiaire au niveau opérationnel lors de l'exercice 2002-2003. Egalement affecté, EADS baisse de 2 % à 11,25 euros. British Airways a également revu en baisse l'une de ses commandes passées à Airbus en 1999. La première compagnie aérienne en Europe achètera finalement 10 avions A-321 contre 12 A-319 et 3 A-319. Le montant de la transaction n'est pas modifié, souligne la compagnie.Enfin, les valeurs d'assurances françaises sont légèrement affectées par l'avertissement sur résultats lancé par l'anglais Britannic Group. Axa perd 0,21 % à 14,17 euros et AGF recule de 0,69 % à 34,36 euros. Spécialisé dans l'assurance-vie et l'épargne salariale, Britannic a indiqué qu'il ne versera pas de dividende cette année. Olivier Pinaud Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :