Sixième séance de baisse consécutive

 |  | 809 mots
Lecture 4 min.
La Bourse de Paris ne parvient pas à sortir de la spirale négative dans laquelle elle évolue depuis six séances. Aujourd'hui, le CAC 40 a encore perdu 0,43 % à 3.216,76 points. En six séances, il a chuté de 5,8 %, ramenant son gain annuel à 5 %. Un peu plus de 4 milliards d'euros ont été traité sur le SRD, dont 3,4 milliards pour les seules valeurs du CAC 40. A New York, après un passage dans le vert, le Dow Jones perd 0,14 % à 9.330 points et le Nasdaq cède 0,42 % à 1.809 points. A Francfort, le Dax recule de 0,18 % à 3.320 points. A Londres, le Footsie baisse de 1,07 % à 4.157 points. Du côté des changes, l'euro est plutôt stable, à 1,1482 dollar.La révision en hausse du PIB américain, de 3,1 % à 3,3 %, pour le deuxième trimestre avait pourtant redonné confiance au marché. Un espoir rapidement atténué par l'indice de confiance des consommateurs américains, tel que calculé par l'Université du Michigan, finalement ressorti à 87,7 en septembre, contre 89,3 en août. En première estimation, il avait été annoncé à 88,2. Le marché tablait sur une révision à 88,5.Les valeurs technologiques sont les grandes perdantes de la séance. Cap Gemini perd 2,92 % à 36,954 euros. Alcatel abandonne 2,11 % à 10,19 euros. En séance, le titre est repassé sous les 10 euros. Lagardère lâche 2,27 % à 39,60 euros. Sur le SRD, Atos cède 6,20 % à 52,20 euros. KPMG a confirmé avoir vendu sa participation dans la SSII à des investisseurs institutionnels. L'opération, qui porte sur 1,8 million d'actions, a été réalisée au prix unitaire de 53,50 euros. Wavecom chute de 5,46 % à 14,55 euros. A l'inverse, France Télécom grappille 1,07 % à 20,73 euros. Selon un analyste d'ETC, une réduction de la participation de l'Etat présenterait l'avantage d'augmenter le flottant du titre, et donc d'augmenter son poids dans l'indice CAC 40. Sa filiale Orange grignote 1,33 % à 9,11 euros en dépit de sa dégradation par Bear Stearns, de "performance en ligne" à "sous-performance".Egalement en proie à la baisse, les assureurs sont affectés par la crainte d'un retournement du marché, ce qui affecterait leurs portefeuilles. Axa perd ainsi 2,21 % à 15,02 euros.Total recule de 1,71 % à 132,50 euros. Une offre publique d'achat sur sa filiale espagnole à 45 % Cepsa risque de coûter plus cher au pétrolier après la montée au capital de la banque SCH. Le groupe pétrolier se dit prêt à défendre ses intérêts et affirme qu'il "entreprend les actions nécessaires afin de protéger ses droits et les intérêts de ses actionnaires".Alstom cède 2,59 % à 2,63 euros après avoir gagné plus de 4% dans la matinée. Le groupe a annoncé la cession de sa division Transmission & Distribution à Areva pour 950 millions d'euros. T&D, branche la plus rentable du groupe, avait été mise en vente en mars dernier.Air France perd 4,86 % à 13,52 euros. Le ministère néerlandais des Transports a démenti ce matin les informations selon lesquelles le gouvernement avait approuvé la reprise de KLM par Air France, précisant que les négociations se poursuivaient. La compagnie aérienne néerlandaise a fait savoir à ses syndicats qu'elle espérait un accord avec Air France d'ici une à deux semaines, selon un représentant de la centrale FNV. La compagnie française doit réunir un comité central d'entreprise lundi prochain ainsi que son conseil d'administration. De son côté, Alitalia, qui ferait également partie du mariage, confirme avoir convoqué pour lundi un conseil d'administration consacré aux alliances.Pechiney avance de 0,04 % à 46,67 euros. L'association de défense des actionnaires minoritaires (Adam) a demandé au Conseil des marchés financiers de considérer l'offre du canadien Alcan sur Pechiney comme non recevable sous sa forme actuelle.A contre-courant, EADS gagne 0,81 % à 13,71 euros. Airbus a confirmé ce matin qu'il comptait livrer 300 avions cette année. Le constructeur aéronautique ajoute qu'il en livrera autant, au mieux, l'an prochain. Citant un document interne à la société, Bloomberg indiquait qu'Airbus pensait livrer 315 avions cette année, soit 15 de plus qu'initialement prévu, et 304 gros porteurs commerciaux en 2004.Plus forte hausse du SRD, Galeries Lafayette gagne 5,04 % à 125 euros. Le groupe de distribution a annoncé une croissance de 1%, à 22 millions d'euros, de son bénéfice net au premier semestre. Le résultat d'exploitation s'inscrit en hausse de 5% à 78,7 millions. Le chiffre d'affaires progresse de 1,4% à 2,62 milliards d'euros.Vallourec rebondit de 5 % à 61,95 euros.Club Méditerranée s'adjuge 3,23 % à 30,05 euros. Le groupe de loisirs a signé des accords de distribution pour ses destinations avec deux pays stratégiquement importants : la Belgique et le Portugal.Enfin, Bénéteau progresse de 3,97 % à 44,50 euros. Le constructeur de bateaux de plaisance a vu son chiffre d'affaires progresser de 2,7% à 637,3 millions d'euros au cours de l'exercice 2002-2003, clos le 31 août dernier. A taux de change constants et méthode comptable comparable, l'activité s'apprécie de 4,8%. Pour l'exercice en cours, Bénéteau table sur une nouvelle croissance sur la base d'un "niveau de commandes supérieur à l'an passé" enregistré dans les premiers salons en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.Olivier Pinaud Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :