Le CAC 40 quasiment au plus haut

 |  | 758 mots
Lecture 4 min.
Grosse fin d'après-midi. Le CAC 40 termine quasiment au plus haut de la journée, avec un gain de 2,18% à 3 156,86 points. A New York, le Dow Jones progresse de 0,63% et le Nasdaq de 0,93%. A Londres, le Footsie avance de 1,54% et, à Francfort, le Dax monte de 2,02%. L'effritement de l'euro à 1,1464 dollar après un plus haut de trois semaines ce matin (au-dessus de 1,15 dollar) rassure également les investisseurs.Les marchés financiers ont surtout passé la vitesse supérieure après l'annonce d'une baisse surprise des demandes hebdomadaires d'allocation au chômage aux Etats-Unis. Pour la première fois depuis 23 semaines, elles passent sous la barre des 400 000 unités, seuil en dessous duquel l'économie américaine recommence à créer des emplois.Les valeurs en forme depuis ce matin ont donc fortement accéléré. Lafarge confirme tabler sur un bénéfice opérationnel stable cette année, hors effet de change. Plus forte hausse du CAC 40, l'action avance de 5,10% à 57,70 euros. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires du cimentier a progressé de 0,8% au premier semestre. JP Morgan a intégré le titre dans sa "Focus list", sa liste de valeurs préférées. Toujours dans les matériaux de construction, Saint-Gobain monte de 3,69% à 33,70 euros. L'action pourrait dévisser demain. Le groupe vient d'indiquer qu'il prévoyait une baisse de son résultat net cette année alors que jusqu'à présent il attendait une stabilité.Fortes hausses également pour France Télécom (+ 4,02% à 21,20 euros) et sa filiale Orange (+ 4,22% à 7,66 euros). Aventis progresse de 2,65% à 47,63 euros et Sanofi-Synthélabo reprend 2,69% à 53,50 euros après les résultats meilleurs que prévu de l'allemand Merck et au lendemain de la bonne performance trimestrielle publiée par le britannique GlaxoSmithKline.Sur le SRD, Dassault Systèmes progresse de 6,98% à 30,82 euros. L'éditeur de logiciels est parvenu à améliorer sa marge d'exploitation au deuxième trimestre 2003. Sagem s'adjuge 3,71% à 78,20 euros après avoir gagné plus de 6%. Le bénéfice net du fabriquant d'équipements téléphoniques a bondi de 74%, à 49,4 millions d'euros, au premier semestre. Le groupe relève ses prévisions annuelles et table désormais sur une hausse de 12% de son activité et de 25% de son résultat d'exploitation. CAI Cheuvreux a intégré le titre à sa "liste sélectionnée de valeurs" en fixant un objectif de cours de 90 euros.La plus forte hausse du SRD revient à Marionnaud Parfumeries. Le titre bondit de 8,26% à 31,97 euros. Il profite des commentaires favorables de son concurrent Sephora, filiale de LVMH. En baisse ce matin, LVMH gagne 2,56% à 47,69 euros. Le numéro un mondial du luxe a certes annoncé une baisse de 9,9% de son chiffre d'affaires au premier semestre, mais les boursiers saluent le maintien d'un objectif de hausse "sensible" du résultat opérationnel cette année, après une progression de près de 29 % en 2002.Mais le rayon des mauvaise nouvelles est également bien garni. Plus forte baisse du CAC 40, Peugeot rétrograde de 3,37% à 38,98 euros. Le constructeur automobile revoit en baisse ses objectifs annuels de marge opérationnelle. JP Morgan a dégradé le titre de "neutre" à "sous-pondérer". Renault grappille 0,95% à 47,96 euros mais annonce après la clôture qu'il abaisse également sa prévision de marge d'exploitation. L'équipementier Valeo perd 2,01% à 32,60 euros. Le groupe publie demain matin son résultat trimestriel.STMicroelectronics perd 3,15% à 19,35 euros. Les résultats trimestriels du groupe de semi-conducteurs sont conformes aux attentes mais les prévisions de marge brute sont abaissées pour les deux derniers trimestres. JP Morgan a réduit ses estimations de bénéfice par action de 0,61 à 0,45 dollar pour 2003 et de 0,91 à 0,78 dollar pour 2004.Plus forte baisse du SRD, Wavecom chute de 8,39% à 9,72 euros. Le fabricant de modules pour téléphones mobiles a accusé une perte nette de 6,5 millions d'euros au deuxième trimestre, contre un bénéfice de 5,8 millions un an plus tôt. Le résultat d'exploitation est déficitaire de 9,4 millions d'euros, contre un bénéfice de 12,7 millions. Au vu de la baisse du carnet de commandes, le chiffre d'affaires du troisième trimestre devrait être inférieur à celui du deuxième et la marge brute devrait encore baisser.Enfin, JC Decaux n' entrevoit pas de reprise du marché publicitaire dans les pays d'Europe où il est présent, et ce en dépit de "signes encourageants" aux Etats-Unis. Ainsi, le chiffre d'affaires interne du mobilier urbain du second semestre devrait être comparable à celui du premier. Il s'est contracté de 2,8%, à 758,2 millions d'euros. A périmètre constant, il progresse de 1% à 785,1 millions. Le titre chute de 3,99% à 10,36 euros.Olivier PinaudCopyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :