Petit repli pour le CAC 40, grosse chute pour Cap Gemini

 |  | 677 mots
Séance très volatile aujourd'hui. D'un plus bas à 3.462 points ce matin, le CAC 40 est progressivement monté dans la journée à 3.499 points, frôlant la barre des 3.500 points, avant de décliner sur la fin. Il termine en repli de 0,11% à 3.486,60 points. L'indice est reparti à la baisse après le retournement du Nasdaq. Vers 17h45, celui-ci perd 0,67% à 1.905 points. En revanche, le Dow Jones monte de 0,55% à 10.078 points, soutenu par la hausse de 0,9% de la production industrielle en novembre aux Etats-Unis. A Londres, le Footsie perd 0,34% à 4.333 points, et, à Francfort, le Dax gagne 0,25% à 3.865 points. Sur le marché des changes, le dollar vaut 1,2327 pour un euro. Ce matin, il a touché un nouveau plus bas à 1,2361 dollar.La hausse de 0,9% de la production industrielle en novembre est la meilleure performance depuis octobre 1999. A 75,7%, le taux d'utilisation des capacités ressort à son plus haut depuis septembre 2002. Auparavant, les opérateurs avaient pris connaissance d'une batterie de statistiques allant de la baisse surprise de l'inflation à la progression des mises en chantier de logements au plus depuis février 1984, en passant par la réduction plus forte qu'attendue du déficit des paiements courants au troisième trimestre.En baisse toute la journée, Cap Gemini termine quasiment au plus bas de la séance à 35,83 euros, soit une chute de 13,52%. Les investisseurs sanctionnent un nouvel avertissement sur résultats. Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre sera inférieur aux dernières prévisions, déjà abaissées en octobre. Et surtout, la marge d'exploitation du second semestre devrait se situer entre 2 et 3%, contre 4% estimée auparavant. Plusieurs courtiers ont dégradé le titre. Oddo passe de "surperformance" à "neutre" et Goldman Sachs de "surperformance" à "performance en ligne". Transiciel, récemment racheté par Cap Gemini, chute de 15,87% à 11,82 euros. Tout le secteur est pénalisé. Atos Origin perd 5,26% à 49,88 euros, GFI Informatique 6,67% à 7 euros, Alten 6,29% à 10,87 euros, Sopra 1,82% à 35 euros, Steria 2,59% à 30,44 euros.Dans l'ensemble, les TMT subissent des dégagements. Alcatel lâche 3,19% à 10,33 euros et STMicroelectronics 2,84% à 21,89 euros. En revanche, France Télécom se distingue avec la plus forte hausse du Cac 40 (+1,06% à 21,96 euros). L'opérateur a annoncé, quelques minutes avant la clôture, que la demande de téléphones mobiles Orange pour Noël est deux fois plus élevée que prévu. Bouygues monte de 0,15% à 26,59 euros à la veille de la publication de ses comptes du troisième trimestre.La rechute du dollar pèse sur EADS, (-2,95% à 19,08 euros), Thomson (-3,75% à 16,92 euros) et Sodexho (-2,23% à 23,27 euros). Egalement pénalisé par les changes, Zodiac recule de 1,20% à 24,60 euros. L'équipementier aéronautique et marin a enregistré une baisse de 3,1% de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2003-2004, à 321,43 millions d'euros. A périmètre et taux de change constants, le repli est de 2,5%.Le Crédit Agricole perd 0,27% à 18,30 euros. La banque verte affirme sa main mise sur le Crédit Lyonnais avec le départ, entre autres, de Dominique Ferrero, premier directeur général de la banque et ancien numéro deux du Lyonnais, six mois après la mise en oeuvre du rapprochement entre les deux banques. Par ailleurs, le ministère des Finances a annoncé hier soir que l'accord de principe conclu la semaine dernière dans l'affaire Executive Life a été "entériné" par le parquet fédéral de Californie et les principales parties françaises, dont le CDR, le Crédit Lyonnais et Artemis, holding de tête de Pinault-Printemps-Redoute. L'action PPR cède 1,20% à 77,90 euros.AGF cède 0,58% à 42,70 euros. L'assureur a annoncé que sa filiale AGF Belgium avait cédé l'ensemble de sa participation dans AGF Belgium Bank à ING Belgique pour 59,4 millions d'euros. CNP Assurances gagne en revanche 2,18% à 40,39 euros, CAI Cheuvreux a intégré le titre dans sa sélection de valeurs françaises.Enfin, Rhodia abandonne 4,99% à 3,24 euros dans l'attente de la signature d'un accord de refinancement avec ses banques créancières. Le groupe a annoncé la semaine dernière qu'un tel accord devait être obtenu avant Noël. Par ailleurs, le groupe Bruxelles Lambert de l'homme d'affaires belge Albert Frère a franchi en baisse le seuil des 5% du capital du chimiste.Olivier Pinaud Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :