Le Nasdaq a le vent en poupe

 |  | 792 mots
Lecture 4 min.
A la veille du week-end pascal, Wall Street termine en hausse. L'indice Dow Jones progresse de 0,97% à 8337,65 points, l'indicateur des technologiques, le Nasdaq, s'adjuge 2,21% à 1425,50 points. Deux éléments sont venus soutenir la cote américaine, après une ouverture hésitante. Tout d'abord, la publication d'un indice de la Fed de Philadelphie, après la clôture de Paris, pas si mauvais qu'il ne peut apparaître au premier plan. Bien qu'en baisse (-8,8 contre 8 en février et alors qu'une stabilité était attendue), la composante des entrées de commandes ne s'est pas dégradée malgré les événements irakiens, signe d'une assez bonne résistance de l'économie. Et puis les résultats jugés encourageants de la part du fabricant de téléphones mobiles Nokia, qui attend par ailleurs une croissance de 10% du marché en 2003. Du côté des autres statistiques du jour, le département du Travail a comptabilisé 30.000 nouvelles inscriptions au chômage la semaine dernière au total de 442.000, un chiffre qui se maintient au-dessus du seuil critique des 400.000 pour la neuvième semaine consécutive. Du côté des principaux mouvements et informations sur les valeurs, Broadcom bondit de 18,15% à 16,60 dollars. Le producteur de semi-conducteurs a publié une perte de 67,9 millions de dollars au quatrième trimestre, contre un déficit de 166,1 millions un an plus tôt. Mais hors exceptionnel, le résultat est bénéficiaire de 6 cents par titre, soit trois plus que prévu par le consensus First Call.Advanced Micro Devices prend 1,65% à 8,03 dollars. AMD a vu sa perte se creuser au premier trimestre, à cause de la stagnation des ventes de PC. Le deuxième fabricant mondial de semi-conducteurs a publié un déficit de 146 millions de dollars, soit 42 cents par action, après une perte de 9,16 millions un an plus tôt, mais inférieur aux 48 cents par titre anticipés par le consensus First Call. Le chiffre d'affaires recule de 20,7% à 715 millions de dollars mais reste supérieur aux 683,24 millions projetés par les analystes.PepsiCo s'adjuge 6,62% à 42,54 dollars. Le rival de Coca-Cola a fait état d'une progression de près de 13% de son bénéfice du premier trimestre, à 777 millions de dollars, soit 45 cents par action, là ou les analystes attendaient, en moyenne, 42 cents par titre. Le groupe basé à New York indique que la progression de l'activité de son pôle alimentaire a compensé la baisse de 2% de ses ventes de sodas en Amérique du Nord. Le chiffre d'affaires affiche une hausse de 3,7% à 5,53 milliards de dollars.Colgate-Palmolive se replie de 1,06% à 55,75 dollars. Le géant des produits de grande consommation a pourtant vu ses résultats progresser au premier trimestre, grâce aux nouveaux produits comme son nouveau dentifrice Simply White. Le groupe a publié un bénéfice en hausse de 11,8% à 324 millions de dollars, soit 56 cents par action, un penny de mieux que prévu par le consensus First Call. Le chiffre d'affaires enregistre une croissance de 6,8% à 2,35 milliards de dollars.Honeywell International gagne 0,80% à 22,66 dollars. Le groupe aéronautique a enregistré une baisse de ses résultats au premier trimestre, en raison de la faiblesse des revenus de son pôle aéronautique consécutive à la crise du secteur aérien. Le groupe qui fabrique notamment des freins pour avion et des systèmes antigel électroniques pour cockpit, a accusé une baisse de 32,4% de son bénéfice net à 254 millions de dollars, ou 30 cents par action, selon les nouvelles normes comptables. Le consensus First Call tablait sur un bénéfice de 33 cents par titre. Le chiffre d'affaires progresse de 4% à 5,4 milliards de dollars.United Technologies cède 3,65% à 60 dollars malgré une hausse de ses résultats au premier trimestre, grâce à la forte demande pour ses ascenseurs Otis en Asie. Le groupe, qui fabrique également les hélicoptères Black Hawk, a dégagé un bénéfice net de 502 millions de dollars, contre 467 millions un an plus tôt. Mattel recule de 7,89% à 20,93 dollars. Le numéro un mondial du jouet a pourtant renoué avec le profit au premier trimestre en dépit de la stagnation de son chiffre d'affaires. Le créateur de la poupée Barbie, a enregistré un bénéfice de 32,8 millions de dollars, soit 7 cents par action, contre une perte de 256,2 millions au premier trimestre 2002. Hors charges non récurrentes, le bénéfice ressort à 9 cents par titre. Le chiffre d'affaires atteint 745,3 millions de dollars, en hausse de 0,4%.Enfin, Office Depot s'octroie 2,98% à 12,10 dollars. Le premier distributeur américain de matériel de bureau a fait état d'une baisse de 22,8%, à 79,2 millions de dollars, de son bénéfice net au premier trimestre. Le chiffre d'affaires progresse de 1% à 3,05 milliards de dollars. Office Depot a annoncé la semaine dernière le rachat de Guilbert à Pinault-Printemps-Redoute. Denis Lantoine Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :