Vivre et travailler à Londres

C'est encore vrai aujourd'hui, Londres reste une des plus belles villes du monde avec son histoire et son architecture fascinante, sa population cosmopolite, la variété de ses divertissements culturels et festifs, de ses restaurants ou encore de ses magnifiques parcs. C'est incontestablement la capitale européenne de la finance. La City est une étape incontournable quand on veut faire carrière dans la banque d'affaires ou la gestion d'actifs ; et quand on peut se le permettre. Londres est en effet l'une des villes les plus chères au monde. Logement, transports, vêtements et nourriture : tout est cher. Et bien que la fiscalité soit une des plus basses d'Europe, un financier américain, dont les revenus seront très certainement imposés à 40%, sentira la différence. Le logementLes conditions d'expatriation ne sont plus aussi généreuses que dans les années 90. Et négocier des indemnités de logement est un must. Bien que les loyers aient un peu diminué l'an passé, ils sont toujours aussi effrayants, surtout pour des Européens du continent, des New-Yorkais seront moins surpris. Les loyers à Londres sont à la semaine, ce qui rend les comparaisons difficiles. Il faut multiplier par 4,3 pour obtenir le loyer mensuel. D'après les chiffres de la mairie, le loyer moyen d'un deux pièces dans une zone relativement centrale de Londres s'élevait fin 2003 à 250 livres par semaine, à 350 livres pour un trois pièces et à 500 livres pour un quatre pièces. La législation rendant la location courte durée de logements meublés plus intéressante pour les propriétaires, les locations "vides" sont plus rares. Ce qui fait que les expatriés dépensent moins en meubles ou appareils ménagers mais ce qui rend aussi la recherche d'un appartement encore plus compliquée. En effet, on choisit un appartement non seulement en fonction de sa localisation et de sa surface mais aussi de sa décoration. Il n'est pas évident de savoir où habiter dans Londres, qui ressemble plus à une somme de villages, chacun ayant son style et son ambiance, qu'à une ville avec un centre ville bien dessiné. Londres est bien plus étendu que d'autres villes et compte moins de grands buildings. Choisir son quartier ne dépendra pas seulement du prix mais aussi de votre personnalité. Beaucoup d' "expats" gravitent autour de Kensington et de Chelsea, notamment les Français dont beaucoup habitent autour du Lycée Français à South Kensington. C'est un très beau quartier, très cher, considéré comme snob bien que l'arrivée des expatriés ait quelque peu changé son caractère. La crème des Anglais s'est déplacée plus au sud ouest vers Fulham, Parsons Green, Battersea et Wandsworth. Dans la même gamme de prix, toujours à l'ouest de Londres, au nord de Hyde Park, on trouve les quartiers très à la mode de Notting Hill et Holland Park, popularisés par les stars de la mode, de la musique et des médias. Primrose Hill et Belsize Park au nord de Londres sont aussi très courus par le gratin du show biz. Les intellectuels et les gens de gauche préfèrent la riche Hampstead où beaucoup d'Américains ont choisi de s'installer, ainsi que Islington, où habitait le Premier Ministre Tony Blair. Les transportsMieux vaut prendre en compte la distance du travail au domicile que vous choisissez. Les transports publics de Londres sont de moins en moins fiables. Après une longue bataille politique entre Gordon Brown, le ministre des Finances et Ken Livingstone, le maire de Londres, un programme sur 15 ans de plusieurs milliards de livres pour la rénovation et l'amélioration du métro a été confiée à un consortium d'entreprises privées et publiques. Mais il faudra attendre des années avant de pouvoir sentir les premières améliorations. Le métro, tel qu'il existe aujourd'hui, est saturé, tombe fréquemment en panne et est souvent l'objet de grèves de ses salariés qui manifestent leur inquiétude relative à la sécurité et aux diminutions de service par manque d'effectif. La situation est encore pire sur les réseaux privatisés qui desservent la banlieue. La plupart du temps il est quasiment impossible de trouver une place assise et il faut s'attendre à ce que le train s'arrête à cause de "mauvaises" feuilles mortes sur la voie ! Livingstone a engagé beaucoup d'argent pour améliorer le service de bus, mais les embouteillages rendent les transports en bus lents et ce malgré le relatif succès du péage à 5 livres entré en vigueur en 2003 pour toutes les voitures et les camions entrant dans le centre de Londres. On peut considérer que 30 à 40 minutes est un temps de transport très raisonnable, les transports de plus d'une heure n'ont rien d'exceptionnel. Les plus courageux roulent à moto, qui est de loin le moyen le plus rapide et le plus économique de se déplacer. Une autre solution est d'habiter près de son travail. Beaucoup d'expats finissent par emménager dans le coeur historique de l'industrie financière, la City de Londres. Située autour de la banque d'Angleterre, au nord de la Tamise, la City dispose du réseau de transport le plus dense où convergent toutes les lignes de métro et de bus et tous les trains de banlieue. C'est aussi la plus grosse concentration de restaurants et de pubs où cultiver ses réseaux professionnels. On y trouve une ravissante architecture, de vieilles églises et de nombreux passages, des ruelles tortueuses qui datent du Moyen-Age et qui font le charme de la City. Les immenses halls des maisons médiévales des corporations de Londres, avec leurs vitraux, leurs plafonds ciselés et leurs énormes portraits d'anciens notables rendent plus supportables les jobs ennuyeux. Au nord est de la City, il y a Hoxton et Shoreditch, des quartiers qui deviennent courus. On y trouve des galeries, des artistes et de plus en plus de bars et restaurants à la mode. Ces quartiers sont de plus en plus prisés comme lieu de vie par les travailleurs de la City qui peuvent se rendre au bureau à pied. Plusieurs groupes financiers comme Morgan Stanley, Credit Suisse First Boston ou Citigroup ont cependant déserté la City pour la zone plus aseptisée des Docklands, plus à l'est. Canary Wharf, qui est aujourd'hui l'adresse la plus cotée pour les banques, rassemble les buildings les plus récents offrant une meilleure infrastructure technologique et de plus grandes salles de marché. Bien que les équipements collectifs et les transports se soient considérablement améliorés au cours des dernières années, la journée reste dure et longue pour ceux qui doivent prendre la ligne de train Docklands Light ou la récente ligne de métro Jubilee. Toute la zone des docks a été rénovée avec la construction d'une vingtaine de résidences modernes, plutôt de bon standing et un peu moins chères que des résidences comparables plus centrales. Ceux qui ne supportent pas de faire la navette trop longtemps peuvent envisager de vivre ici. Il est plus facile de se rendre à son travail pour la plupart des collaborateurs des fonds de private equity ou des hedge fund qui ont tendance à se regrouper à l'extrême ouest de Londres, notamment à Mayfair, près des plus grands quartiers commerçants et culturels. CultureOù que vous travailliez, il est important de s'imprégner de la culture spécifique à la communauté financière londonienne. Bien que Londres soit devenue plus agressive ces 15 dernières années, la ville conserve une certaine bonhomie dont manquent d'autres centres financiers. On sort souvent entre collègues pour aller au pub à midi ou après le travail. Les banques, les courtiers, les sociétés de gestion organisent beaucoup de divertissements professionnels, invitent leurs clients à dîner, au théâtre, aux événements sportifs et aux clubs de strip-tease. Il y a aussi une multitude de dîners de charité et de remises de prix professionnels. S'impliquer dans des activités bénévoles est le meilleur moyen de rencontrer les gens qui comptent dans la City et de se sentir acteur de la vie de Londres. Vous devriez essayer d'obtenir des entrées aux grands événements de la 'saison' sociale de Londres, comme la régate de Henley (aviron), Wimbledon, Royal Ascot (chevaux) et le Chelsea Flower Show. Et vous devriez aussi assister à la compétition annuelle d'aviron entre Oxford et Cambridge sur la Tamise. Ça vaut vraiment le coup, comme de vivre à Londres...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.