Première introduction en Bourse d'une banque japonaise depuis 7 ans

La fièvre chinoise des introductions en Bourse va-t-elle se propager au Japon ? Vendredi, l'autorité de tutelle de la Bourse de Tokyo a annoncé qu'elle donnait son feu vert à la mise sur le marché d'une partie du capital de la Shinsei Bank. L'IPO devrait s'effectuer à Kabuto-Cho le 19 février prochain. Le prix de mise sur le marché des 440 millions d'actions (35% du capital de la banque) sera fixé le 6 février prochain. Mais selon la banque Nomura, un des chefs de file de l'opération, le prix devrait se situer aux alentours de 435 yens par action. En tout, cette introduction devrait donc s'élever à 207,1 milliards de yens, soit environ 1,95 milliard de dollars. La première IPO nipponne de l'année ferait donc d'emblée mieux que le record de 2003. L'an passé, Nec Electronics avait levé 1,3 milliard de dollars sur les marchés. Et cette fois, l'introduction de la Shinsei pourrait donner le coup d'envoi à une vague d'appels au marché dans le secteur sinistré de la finance japonaise. Car la Shinsei a cette particularité d'avoir été la première banque japonaise rachetée par des fonds étrangers. C'est en effet en mars 2000 que le fonds d'investissement américain Ripplewood a fait l'acquisition, avec d'autres partenaires étrangers (Mellon Bank, GE Capital et Deutsche Bank) des restes de la Long Term Credit Bank of Japan (LTCB). Rebaptisée Shinsei, la banque a été redressée par le fonds américain alors que de nombreux autres établissements de crédit nippons faisaient faillites en raison de créances douteuses. Aujourd'hui, la banque dispose de fonds propres solides de 6.500 milliards de yens (environ 49 milliards d'euros) et mène une politique commerciale particulièrement agressive. L'IPO de Shinsei, la première pour une banque japonaise depuis 1997, pourrait donc donner des idées à d'autres fonds américains qui ont récemment fait l'acquisition de banques nipponnes. C'est notamment le cas de Cerberus, propriétaire de Aozora, ex-Nippon Credit Bank ou de Lone Star Group qui a acquis la Tokyo Star Bank.Mais l'Etat nippon pourrait également regarder avec intérêt cette mise sur le marché. Le gouvernement impérial a en effet beaucoup dépensé pour remettre à flot ces établissements. Pour aider Ripplewood à sauver la Shinsei, Tokyo a ainsi déboursé pas moins de 270 milliards de yens (presque 2 milliards d'euros). Aujourd'hui, l'Etat possède un tiers du capital de la banque. Cette IPO pourrait donc sonner l'heure du désengagement de l'Etat du système bancaire. La fin d'une époque au pays du Soleil levant...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.