La confiance des consommateurs américains bondit en juin

 |   |  401  mots
Les Américains sont décidément contradictoires lorsqu'on les interroge sur l'économie de leur pays. Alors que les sondages en vue de l'élection présidentielle de novembre montrent qu'une majorité d'entre eux est pessimiste au sujet de l'économie et de l'emploi, l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board de juin a enregistré un bond exceptionnel de 8,8 points en un mois, passant de 93,1 à 101,9 points. Il se situe maintenant à son plus haut niveau depuis juin 2002.Parmi la quinzaine de questions qui constituent cet indice, celle sur la situation actuelle des entreprises connaît la plus forte amélioration. Seules 17,5% des personnes interrogées estiment que les entreprises soient en "mauvaise" santé (21,6% le mois dernier) et 25,6% pensent qu'elles sont en "bonne" santé (22,2% en mai). Les consommateurs sont également plus optimistes qu'en mai concernant la santé des entreprises dans les six mois à venir.Sur le front de l'emploi, les Américains sont également plus optimistes qu'il y a un mois. 19,7% d'entre eux pensent que le marché de l'emploi va s'améliorer dans les six prochains mois (18,7% le mois dernier) et 67,4% pensent que la situation restera semblable. 17% des sondés continuent de penser que l'emploi va se détériorer, un chiffre légèrement en retrait par rapport au mois dernier.Enfin, 19,3% des consommateurs pensent que leurs revenus vont augmenter d'ici à la fin de l'année, soit une hausse de deux points par rapport à mai. 8,6% pensent que leurs revenus vont diminuer, alors qu'ils étaient 10,2% dans ce cas le mois dernier.Vendredi dernier, l'indice définitif de l'Université du Michigan était lui aussi ressorti en forte hausse, à 95,6 en juin (90,2 en mai). Cette série de bonnes statistiques sera sans aucun doute prise en compte par la Fed, qui annoncera demain soir si elle augmente ou non son taux d'intérêt directeur.Pour Marie-Pierre Ripert, de CDC Ixis, l'excellent indice publié par le Conference Board s'explique par l'amélioration sensible du marché de l'emploi américain depuis le début de l'année (1,2 million d'emplois créés), qui commence à produire des effets positifs sur le moral des ménages. Mais l'économiste souligne que le taux de chômage pourrait ne pas diminuer dans les mois à venir, car de nombreux chômeurs jusqu'ici découragés pourraient revenir pointer sur le marché du travail. On surveillera donc de près les prochaines statistiques mensuelles de l'emploi, qui seront publiées vendredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :