Les Américains confiants malgré l'absence d'embellie sur l'emploi

 |  | 357 mots
Lecture 2 min.
Les améliorations du marché de l'emploi restent timides... Qu'à cela ne tienne, les Américains sont pour l'instant bien décidés à voir la vie en rose. Résultat, l'indice de confiance des consommateurs a progressé à 96,8 en janvier contre 91,7 en décembre (révisé en hausse). Ce baromètre, établi par l'institut de conjoncture privé Conference Board, touche ainsi son plus haut niveau depuis juillet 2002. Au moment de commenter ces chiffres, Lynn Franco, directrice des recherches sur les consommateurs au Conference Board, dresse un double constat. Tout d'abord, "un optimisme croissant à propos de la santé générale de l'économie continue de renforcer les perspectives des consommateurs à court terme". Mais, ajoute-t-elle, "le jugement des consommateurs sur les conditions actuelles, qui dépend grandement des améliorations sur le marché de l'emploi, reste à la fois faible et indécis". Autrement dit, la bonne orientation du moral des ménages est fragile. Faute de bons chiffres rapidement sur le front du chômage, les Américains pourraient à nouveau connaître un coup de blues. A l'heure actuelle, parmi les consommateurs sondés, ils sont plus de 31% à considérer qu'il est difficile de trouver un emploi aux Etats-Unis. C'est plus que l'année dernière à la même époque. Cependant, au-delà de la question de l'emploi, d'autres éléments peuvent contribuer à soutenir - au moins temporairement - la confiance des consommateurs. Les marchés boursiers sont mieux orientés, leur pouvoir d'achat devrait encore bénéficier en ce début d'année de nouveaux cadeaux fiscaux de la part de l'administration Bush et les taux d'intérêt demeurent historiquement bas. Cette question du moral des ménages est d'autant plus importante qu'on la considère généralement comme assez bien corrélée au niveau de la demande. Les dépenses de consommation des Américains - qui représentent tout de même les deux tiers du PIB - ainsi que les dépenses de l'Etat fédéral en matière de défense ont permis à l'économie américaine de rester à flot en attendant le passage de relais avec l'investissement des entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :