Les banques d'investissement recherchent des avocats à Paris et à Londres

 |  | 551 mots
A Londres, les départs des cabinets d'avocats vers les banques sont de plus en plus visibles au niveau des cadres les plus seniors. Jonathan Hughes qui travaillait pour KMZ Rosenman, un cabinet américain, a rejoint Barclays Capital l'an dernier. La banque a par la suite recruté pas moins de 20 autres juristes à Londres et compte ne pas s'arrêter là, à en croire les chasseurs de tête. Un porte-parole a confirmé ces recrutements mais n'a pas voulu communiquer de chiffres. 'Les banques ont recruté beaucoup d'avocats en 2004. Et il ne s'agit pas de remplacements mais de créations de postes', rapporte Siobhan Lewington, chasseur de tête pour le cabinet de recrutement Sheffield Haworth. Jane Fry, manager du pôle droit des services financiers de Badenoch & Clark, confirme cette tendance: 'La plupart des grandes banques étoffent leurs départements juridiques. Ça fait longtemps que nous n'avons pas eu autant de travail'. Morgan Stanley, Merrill Lynch, JP Morgan et Citigroup, tous recrutent des avocats. Le succès des produits structurés alimente ces recrutements de juristes en front office. Le gel des embauches passé, les banques recrutent des équipes spécialisées, explique Chris Hickie, le responsable du département juridique et compliance de Robert Walters à Londres : 'Dans les produits structurés, il est de plus en plus courant d'avoir des spécialistes en titrisation et des spécialistes en dérivés de crédit. Récemment encore, une seule équipe s'occupait des deux.' Côté junior, les banques sont prêtes à recruter des collaborateurs de cabinets d'avocats et à les former. Côté senior, il y a pénurie de banquiers expérimentés pour des postes à pourvoir dans des domaines porteurs comme le prime broking: 'du coup les banques proposent des rémunérations plus importantes pour les attirer' explique Hickie. Les salaires de base des avocats expérimentés travaillant dans des domaines comme le prime broking ont augmenté de 15% cette année pour atteindre entre 120 et 128.000 euros, d'après Hickie. Les bonus représentent généralement une proportion et non un multiple du salaire. Ces salaires plus importants poussent certains à quitter leur cabinet d'avocats pour un établissement bancaire. 'Les personnes ayant au moins six ans d'expérience dans un cabinet prestigieux mais qui ne sont pas pressenties pour devenir associés sont de plus en plus disposés à bouger', explique Hickie. On manque de juristes expérimentés en France, juge Denis Marcadet, le directeur général de Vendôme Associés à Paris: 'Les banques cherchent des juristes en financements structurés. Il est très difficile de trouver des personnes expérimentées et en droit et en finance.' Le salaire d'un juriste expérimenté en banque d'investissement est de 100-120.000 euros et son bonus varie entre 0 et 300%. Un juriste senior peut gagner maintenant jusqu'à 800.000 euros, voire un million dans une banque. Outre Hughes chez Barclays, les recrutements notables à Londres concernent l'ancien responsable de la practice américaine de Linklaters, Terence Kyle, engagé par Nomura en janvier. En mars, Citigroup a nommé Ed Greene, associé du cabinet londonien Cleary Gottlieb Steen & Hamilton, conseiller général. Et en avril, Merrill Lynch a recruté Pierre Mathieu de Cleary Gottlieb comme directeur spécialiste du droit des transactions sur dérivés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :