Légère dégradation du climat des affaires en Allemagne

 |  | 334 mots
Dans la foulée du repli de l'indice Zew publié la semaine dernière, le baromètre Ifo, qui mesure le moral des patrons allemands, s'inscrit en léger recul. Cet indicateur baisse de 0,2 point à 96,1 en mai, soit une dégradation conforme aux prévisions des économistes. Malgré ce repli, l'institut qui réalise cette enquête mensuelle continue à tabler sur "une reprise modérée au cours des prochains mois en Allemagne", un pronostic conforme à la prévision gouvernementale d'une croissance annuelle de 1,5%. Pour les économistes de l'IFO, en mai, "la légère baisse du climat des affaires résulte d'une détérioration dans l'ex-RDA, alors qu'il a légèrement progressé dans l'ouest de l'Allemagne". Au premier trimestre, la première économie de la zone euro a affiché une croissance de 0,4% (chiffres confirmés ce matin). Cette progression de l'activité est exclusivement à mettre au compte du commerce extérieur, qui a compensé un net recul de la demande intérieure. L'excédent commercial de la première économie de la zone euro a apporté à lui seul 0,8 point de croissance de janvier à fin mars. En revanche, la demande intérieure (regroupant la consommation des ménages, les investissements et les dépenses de l'Etat) est restée le principal frein à la reprise allemande, reculant de 0,4% au premier trimestre. En particulier, la consommation des ménages est restée en berne, stagnant après trois trimestres consécutifs de recul. L'Allemagne est le seul pays de la zone euro où les dépenses des ménages ont reculé pendant deux années consécutives, en 2002 et 2003. Au final, l'Allemagne reste en queue de peloton européen, avec une progression de son PIB inférieure de moitié à celle de la France notamment. Surtout, sa croissance reste dépendante de l'environnement extérieur, aujourd'hui incertain avec la flambée du pétrole. Contrairement à la France, où la consommation des ménages semble être repartie (lire ci-contre), elle ne peut s'appuyer sur la demande domestique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :