X-Fab renonce à la Bourse

 |  | 362 mots
Lecture 2 min.
Le retour des introductions en Bourse en Allemagne, ce ne sera finalement pas pour cette semaine. X-Fab, petit fabricant allemand de semi-conducteurs issu d'un ancien conglomérat de la RDA, devait faire ses débuts à la Bourse de Francfort vendredi mais le groupe a finalement renoncé à ce projet. Depuis novembre 2002, et Erotic Media, il n'y a plus eu d'introduction en Bourse outre-Rhin.X-Fab, qui comptait lever jusqu'à 185 millions d'euros lors de son introduction, justifie sa décision par "des conditions de marché défavorables". La société avait décidé d'entrer en Bourse avec une fourchette de prix indicative comprise entre 10 et 14 euros par action pour l'opération de pré-souscription. Ce prix avait été considéré par beaucoup comme trop élevé. Un désaccord sur la valorisation avait même incité Commerzbank, banque co-introductrice, à se retirer du dossier. La semaine dernière, le prix de l'action X-Fab sur le marché gris était tombé au bas de la fourchette d'introduction, alors qu'il était monté jusqu'à 14,50 euros mercredi dernier.Même si le secteur des semi-conducteurs connaît un regain d'intérêt, les investisseurs sont désormais plus prudents que par le passé. X-Fab note d'ailleurs que "les investisseurs ont adopté une attitude de plus en plus méfiante vis-à-vis des sociétés technologiques à faible capitalisation". Cette prudence a sans doute été exacerbée par la situation géopolitique. Les marchés allemands ont fortement reculé depuis les attentats de Madrid jeudi dernier. Le Dax, indice des valeurs vedettes en Allemagne, a ainsi abandonné quelque 5,5% depuis la veille de ces attaques terroristes. Reste désormais à savoir si X-Fab demeurera un cas isolé. Le marché des introductions en Bourse semblait prêt à redémarrer après une année 2003 totalement blanche. Un premier élément de réponse sera connu dès le 26 mars, date à laquelle Siltronic, troisième producteur mondial de galettes de silicium destinées à la gravure des puces, va tenter de s'introduire sur le marché. Il s'agirait là d'un test autrement plus important puisque l'opération pourrait s'élever jusqu'à un milliard d'euros, soit la plus grosse introduction en Allemagne depuis celle de la Deutsche Post en novembre 2002.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :