Cegetel renonce à la fusion de son activité de téléphonie fixe avec Neuf Telecom

 |  | 295 mots
Lecture 1 min.
Non, la fusion tant annoncée de l'activité de téléphonie fixe de Cegetel avec Neuf Telecom (ex-LDCom) n'aura pas lieu. Ou en tous cas pas à court terme. Comme la confirmé à l'AFP une porte-parole de la filiale de Vivendi Universal, l'entreprise a mis fin aux "discussions poussées" de fusion avec Neuf Telecom. Cette décision est motivée par la volonté du groupe de profiter de la "bonne tenue du marché de la téléphonie fixe et de l'explosion de l'ADSL" (l'Internet haut-débit). "La tendance pour le premier trimestre 2004 est bonne", a affirmé la porte-parole de l'entreprise, qui a ajouté que le chiffre d'affaires sur le trimestre sera plutôt en hausse. Celui-ci sera annoncé fin mai.Sur le papier, une fusion de Cégetel et de Neuf Telecom était séduisante. Elle aurait permis de créer un acteur fort de plus de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires, évitant ainsi aux deux groupes de se livrer à une guerre des prix. Elle aurait également uni les efforts des deux groupes dans le dégroupage, qui seul permet aux opérateurs alternatifs de s'affranchir de France Telecom, lequel détient encore près de 85 % du marché.En plus de la conjoncture, les contraintes d'un tel mariage - la redondance des réseaux de transmission et le coût social d'un rapprochement, les deux entités emploient près de 2.000 personnes chacune - ont probablement pesé fortement dans la balance.Néanmoins, Cegetel entend toujours participer à la consolidation du secteur, dont il veut être l'un des piliers. Des discussions sont toujours en cours avec d'autres opérateurs, a précisé la porte-parole. "Tout le monde parle avec tout le monde dans ce secteur et il n'est pas question de mettre fin à ces discussions."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :