Softbank rachète Japan Telecom pour 2,51 milliards d'euros

 |  | 349 mots
Softbank assoit sa présence dans les télécoms japonais. Le premier prestataire nippon de service Internet haut-débit a annoncé le rachat de Japan Telecom, la troisième entreprise nationale de téléphonie fixe, au groupe Ripplewood pour 340 milliards de yens (2,51 milliards d'euros). Selon les analystes, Softbank pourrait ainsi faire de l'ombre aux principaux acteurs du secteur que sont KDDI et Nippon Telegraph.Softbank assumera les 164 milliards de yens de passif de Japan Telecom et achètera les 32,5 milliards de yens de titres encore détenus par Vodafone. Il versera la somme restante - 143,3 milliards de yens - en liquide et en titres pour l'ensemble des actions à droit de vote détenues par Ripplewood et les autres actionnaires. Cette transaction pourrait surprendre, tant la situation de Japan Telecom est actuellement difficile: son passif l'empêche de rivaliser dans la course aux tarifs menée par ses concurrents, surtout dans le segment des services aux entreprises qui constituent sa principale activité. Son bénéfice net a ainsi chuté de 98% lors des six premiers mois de l'exercice jusqu'à septembre 2003, à 200 milliards de yens. Mais, comme l'explique Motoya Kitamura, de l'Institut d'études Mitsubishi, "la valeur d'une entreprise n'a pratiquement rien à voir avec l'état de son activité". L'entrée de Japan Telecom dans le groupe de Softbank, qui a cassé les prix du haut-débit au Japon, et sa remise à niveau financière devraient pourtant lui permettre de repartir de l'avant. Le groupe dispose actuellement de 150.000 clients.Quant à Ripplewood, cette opération lui permet de réaliser une jolie plus-value. Il avait en effet racheté Japan Telecom en août 2003 à Vodafone pour 261,3 milliards de yens. Le groupe avait décidé le paiement de 228,5 milliards de yens en liquide - 80% de cette somme ayant été empruntés auprès de onze différentes banques -, et de 32,5 milliards de yens en titres. Ses actionnaires doivent se réjouir: c'est le deuxième gros bénéfice de l'année après celui déjà généré par l'introduction en Bourse en février d'une participation dans Shinse Bank.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :