Effondrement des bénéfices de Deutsche Telekom

 |  | 475 mots
Le bénéfice net du premier trimestre de l'exercice 2004 de Deutsche Telekom s'est effondré de 80% à 169 millions d'euros. Le groupe avait enregistré un bénéfice de 803 millions il y a un an, un chiffre toutefois gonflé par des désinvestissements dans le câble ainsi que par des effets fiscaux positifs. Le retard pris dans le lancement du projet de péage autoroutier pour poids lourds Toll Collect et la chute des revenus de sa filiale de téléphonie fixe T-Com expliquent en grande partie ce résultat. Le cours de l'action du groupe reflète la déception des analystes: à la clôture de la Bourse de Francfort, elle perd 1,57% à 13,17 euros dans un marché en hausse de 1,29%. Ceux-ci comptaient sur un chiffre d'affaires autour de 14,10 milliards d'euros - malgré sa progression de 3% il n'est que de 14 milliards -, sur un excédent brut d'exploitation (Ebitda) entre 4,5 et 4,79 milliards d'euros - il se situe dans le bas de cette fourchette avec 4,58 milliards- et sur un bénéfice net de 435 millions d'euros.Après avoir déjà réalisée une provision de 442 millions d'euros pour l'ensemble du projet Toll Collect, Deutsche Telekom vient d'annoncer une nouvelle provision de 148 millions pour le premier trimestre 2004 en prévision de ses coûts futurs. Monté conjointement avec DaimlerChrysler et Cofiroute, ce projet vise à la mise en place d'un péage autoroutier pour poids lourds en Allemagne. Les différents ratés déjà enregistrés - Toll Collect est en déjà à son troisième directeur en moins d'un an - ne lui permettront pas d'être opérationnel avant 2006. Les pertes devraient donc encore se creuser.Les résultats de T-Com ne laissent guère envisager de perspectives plus encourageantes: l'excédent brut d'exploitation corrigé des effets exceptionnels a essuyé une baisse de 1,2% à 2,64 milliards d'euros et le chiffre d'affaires a chuté de 6,9% à 6,97 milliards d'euros.Heureusement, le premier opérateur télécoms européen peut compter sur les excellentes performances de sa branche mobile, T-Mobile, et, dans une moindre mesure, sur celles de son activité Internet, T-Online, déjà annoncées hier (lire ci-contre). T-Mobile a gagné 8,3 millions d'abonnés pendant ce seul trimestre, ce qui porte le nombre de ses clients à 63,4 millions. La progression de l'Ebitda de la filiale a affiché une progression de 10,8% à 1,67 milliard d'euros tandis que le chiffre d'affaires a grimpé de 11,9% à 5,94 milliards d'euros. Pour pouvoir encore accroître ces gains, le directeur général de T-Mobile Kai-Uwe Ricke vise désormais le marché Est-européen, où le nombre d'abonnés est proportionnellement moitié moindre à ce qu'il est en Europe de l'Ouest.Dernière bonne nouvelle, les dettes du groupe, pierres angulaires de son plan de redressement, ont baissé plus fortement que prévu: de 46,6 milliards d'euros à la fin 2003, elles sont passées à 44,6 milliards. Les analystes pensaient qu'elles atteindraient 45 milliards.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :