Gemplus retrouve le sourire, son cours aussi

 |  | 390 mots
Lecture 2 min.
Les opérations de restructuration de Gemplus semblent porter leurs fruits : le leader mondial de la carte à puces est repassé dans le vert au premier trimestre 2004. Après une perte de 37,9 millions d'euros au premier trimestre 2003 et de 27,8 millions au quatrième trimestre 2003, il vient d'enregistrer un bénéfice net de 300.000 euros. Un bon résultat, sachant que cette période s'avère normalement moins favorable que la fin d'année. Une nouvelle d'autant plus saluée par le marché que l'entreprise "réitère son objectif de résultat d'exploitation (en 2004) avant coûts de restructuration : 25 millions d'euros, ce chiffre pouvant le cas échéant être revu à la hausse.""Nous sommes heureux de présenter une nouvelle amélioration de nos performances opérationnelles, malgré l'effet de saisonnalité défavorable habituellement constaté en début d'année, se réjouit dans le communiqué de l'entreprise Alex Randl, son directeur général, elle reflète nos efforts permanents destinés à améliorer notre compétitivité." A ce jour, "la mise en oeuvre du plan de restructuration de décembre 2002 se déroule conformément à la planification initiale". A la fin du trimestre, les départs ont conduit "à une réduction nette des effectifs de 813". Pour rappel, ce plan comprenait la suppression de quelque 800 emplois devant déboucher sur des économies de "100 millions d'euros, en année pleine d'ici la fin de l'exercice 2004".Hors charges de restructuration, le résultat net du groupe est en progression constante : une perte de 27,3 millions d'euros il y a un an, un bénéfice de 1,8 million au trimestre précédent et finalement un bénéfice de 4,8 millions ce trimestre. Le chiffre d'affaires est en hausse de 27,9% sur un an, à 197,3 millions d'euros, mais en baisse de 15,2% par rapport au dernier trimestre 2003. La marge brute connaît les mêmes soubresauts : de 37,7 millions d'euros il y a un an, elle est passée à 67,4 millions au quatrième trimestre 2003 et à 61,2 millions ce trimestre.Le groupe a profité de la hausse de ses ventes dans l'ensemble du globe, notamment sur le continent américain (+63%). La téléphonie mobile est le secteur qui a connu la plus forte progression de ses ventes (+34% en un an, à 146,6 millions d'euros).En clôture à Paris, l'action signe la plus forte hausse du SRD avec une progression de 13,59% à 2,09 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :