L'activité d'Alstom pénalisée par les effets de change et de périmètre

"Conditions de marché difficiles", effets de change et de périmètre négatifs... Les raisons ne manquent pas pour expliquer la chute de 19% de l'activité d'Alstom sur neuf mois (à fin décembre).Si l'impact des conditions de marché reste bien évidemment complexe à évaluer avec précision, le groupe donne en revanche plus de détails quant aux autres facteurs. D'abord, les effets de change (principalement en raison de la baisse du dollar) ont eu un impact négatif de 6,5%. Ensuite, concernant les mutations du groupe (principalement la cession des turbines industrielles), Alstom fournit des comptes à données constantes (taux et périmètre) qui font apparaître un repli plus limité par rapport à l'an passé, de 10%.Au sein des branches d'activité, il n'y a pas de variations spectaculaires, exceptées celles du pôle "power systèmes" (-43%) et du pôle "marine" (-16%). Le premier a souffert de "la baisse des commandes enregistrées au cours des deux dernières années", et le niveau d'activité du second reflète simplement "l'enregistrement des ventes correspondant aux différentes étapes de construction des navires sur la période".Mais c'est essentiellement au niveau des commandes que l'industriel était attendu. Car les observateurs ont craint une fuite des clients suite aux soucis financiers rencontrés par le groupe à l'automne dernier. Or, force est de constater qu'Alstom s'en est plutôt bien tiré sur ce plan. Certes, sur neuf mois, les commandes sont en baisse de 12%. Mais cela tient essentiellement au secteur "transport". Et surtout, les commandes ont progressé sur le troisième trimestre. Alstom y voit "le retour de la confiance" des clients. D'autant qu'il s'agit pour le groupe du meilleur trimestre depuis 18 mois en termes de commandes, avec un ratio commandes/chiffre d'affaires supérieur à 1 (il est de 1,22).Ces performances confortent en tout cas, les prévisions du groupe. Alstom attend un carnet de commandes de 15 milliards d'euros sur l'exercice (à fin mars), ainsi qu'un chiffre d'affaires de 17 milliards. La baisse devrait donc atteindre quelque 20%. Mais compte tenu des chiffres fournis par le groupe, elle pourrait n'être que de 12% à données constantes. Un chiffre qui sera bien entendu à ajuster en fonction de l'évolution du dollar jusqu'à la fin mars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.