Orange dévoile à son tour son calendrier pour l'UMTS

Après SFR, c'est au tour d'Orange d'annoncer le calendrier de lancement de l'UMTS. Comme son concurrent, pas question de brûler les étapes. La nouvelle norme de téléphonie mobile fera une entrée progressive sur le marché. Pour l'instant, l'opérateur est entré en phase d'expérimentation dans deux villes à Lille et à Toulouse, où 4.000 utilisateurs sont impliqués. But de la manoeuvre: "évaluer le service clients, la distribution, les terminaux, les services, les contenus, la tarification et les prix", précise le communiqué du groupe. Le lancement commercial en France est, lui, prévu pour le "cours du deuxième semestre 2004". Le service d'Internet mobile sera lancé à la même période au Royaume Uni, où les tests ont déjà commencé. L'UMTS d'Orange sera alors disponible dans 20 grandes villes des deux pays, parmi lesquelles Londres, Manchester, Cannes, Toulouse, Lille et Edimbourg. L'opérateur, qui ne donne pas de plus amples détails sur la France, assure en revanche posséder le réseau intégré "2G/3G" le plus étendu du Royaume Uni avec une couverture de 40% de la population.En France, ce sont les équipementiers finlandais Nokia, français Alcatel et canadien Nortel Networks qui gèrent le développement du réseau UMTS, tandis qu'en Grande-Bretagne, Alcatel et Nokia ont été retenus.Plus tôt ce mois-ci, SFR avait été le premier opérateur à dévoiler son calendrier de lancement. L'opérateur possédé par Vivendi a dit prévoir, après une première phase de tests prévue pour le premier semestre, le lancement des services de téléphonie nouvelle génération au mois de novembre. Les 10 premières villes françaises, représentant 30% de la population, devraient être servies. Son partenaire Vodafone prévoit lui aussi un lancement à l'automne, une date maintes fois reportée en raison de l'indisponibilité des combinés mobiles.Comme Orange, SFR n'en a pas plus dit sur les terminaux disponibles, les services ou les prix proposés, attendant lui aussi le résultat des tests. Mais pour les opérateurs, le lancement de la nouvelle norme est aujourd'hui pressé. Au delà de nouveaux services de confort promis aux utilisateurs, comme la visiophonie ou la téléconférence, sur lesquels personne n'a encore de visibilité, la nouvelle norme doit surtout permettre le désengorgement des réseaux arrivés aujourd'hui à saturation dans de grandes agglomérations. L'UMTS doit aussi anticiper le tassement des revenus. D'ailleurs, loin des grandes ambitions de la bulle, SFR espère simplement "maintenir l'ARPU" [revenu moyen par abonné] grâce à l'UMTS (voir ci-contre).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.