Galeries Lafayette résiste malgré les difficultés des grands magasins

Galeries Lafayette a résisté en 2003 grâce à sa diversification. Le groupe de distribution spécialisée français a réalisé l'an passé un bénéfice net part du groupe de 115 millions d'euros, soit légèrement moins que ce qu'attendaient les analystes selon le consensus calculé par Bloomberg (117 millions d'euros). C'est en revanche 37,1% de plus qu'en 2002, mais cette forte hausse est due, précise d'emblée le groupe, au bon comportement des actions Casino détenues par Galeries Lafayette (1,88% du capital du groupe stéphanois). En 2002, le groupe Galeries Lafayette avait provisionné pour faire face à la dépréciation de ces titres qui, finalement, ont gagné en 2003 plus de 10%. Le résultat financier du groupe du grand magasin parisien bondit donc de 45,7%. Sur le plan opérationnel, le tableau est moins réjouissant. Les deux grands magasins du groupe, le BHV et les Galeries Lafayette-Nouvelles Galeries (GLNG), ont subi de plein fouet la crise du tourisme en 2003 liée à la guerre en Irak et au Sras. Si l'on ajoute à cela la morosité de la consommation dans l'Hexagone, on ne s'étonnera guère de voir les ventes du BHV baisser de 2,4% sur un an et celles des GLNG de 2,1%. La conséquence de cet affaissement des ventes, c'est le passage de provisions pour dépréciations de stocks et pour de futures campagnes de promotions. Du coup, le bénéfice opérationnel du BHV s'effondre en 2003 de 63,8% à 2,5 millions d'euros seulement et celui des GLNG de 37,3% à 38,4 millions d'euros. Mais le groupe parisien est parvenu à limiter les dégâts grâce à ses deux autres pôles. D'une part, Monoprix, dont il possède 50% (l'autre moitié du capital appartenant à Casino), qui a bénéficié de la hausse des dépenses de nourriture des consommateurs français et d'une meilleure gestion des coûts. Ainsi, avec des ventes en hausse de 1,5% sur un an, la contribution de Monoprix au bénéfice opérationnel grimpe de 14% à 105 millions d'euros. Autre contributeur d'importance, LaSer-Cofinoga, la filiale de crédit à la consommation des Galeries Lafayette qui connaît toujours de bonnes performances. Avec des ventes en hausse de 3,4% à périmètre constant, LaSer-Cofinoga voit son résultat opérationnel grimper de 20,8% à 154 millions d'euros. Du coup, les Galeries Lafayette limitent la casse et le résultat opérationnel du groupe dans son ensemble grignote 3,2% à 284,6 millions d'euros pour des ventes stables à périmètre constant (+0,1%). Pour 2004, le groupe table sur un rebond de l'activité de ses grands magasins. Il compte notamment beaucoup sur la récente ouverture du "magasin de la maison", boulevard Haussmann, à l'emplacement de feu Marks&Spencer France. Sans donner de résultats chiffrés, les Galeries Lafayette espèrent ainsi "améliorer leur rentabilité".A la clôture, le titre Galeries Lafayette reculait de 2,99%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.