Redevenu bénéficiaire, Pearson attend des progrès en 2004

 |  | 378 mots
Pearson revient dans le vert. Affecté depuis trois ans par un marché déprimé (en particulier dans sa branche presse), le Britannique est parvenu à dégager un bénéfice net de 55 millions de livres (6,9 pence par action) l'an passé, grâce notamment à des réductions de coûts.Témoin des progrès réalisés, le résultat avant impôts et goodwill a gagné 3%, à 410 millions de livres, alors même que les revenus ont chuté de 6%, à 4,05 milliards de livres. Un résultat en ligne avec les attentes."Face à un environnement difficile au cours des dernières années, nous avons amélioré nos positions à travers notre efficacité opérationnelle et nos produits de qualité", s'est félicitée Marjorie Scardino, la directrice générale.En fait, les bons résultats de l'édition ne sont pas une surprise, tant elle a été le pilier des résultats du groupe ces derniers temps. Dans le scolaire (Pearson est numéro un aux Etats-Unis), les bénéfices ont crû de 13%. Et dans l'édition générale (Penguin), bénéfices et revenus ont progressé de 2%, affichant une nouvelle année record.En revanche, le redressement opéré dans la presse est plus étonnant. La division FT Group (qui regroupe notamment le Financial Times et Les Echos) est parvenue à améliorer ses résultats de 8% en dépit d'un marché publicitaire toujours chaotique. Les coûts ont été réduits de 20 millions de livres au Financial Times, précise le communiqué.Pour cette année, si l'édition devrait globalement poursuivre sur sa lancée, la branche presse devrait peu à peu profiter de la reprise du marché publicitaire. Le groupe parle prudemment de quelques signes positifs, tandis qu'un gérant interrogé par Bloomberg insiste sur les événements exceptionnels (Jeux Olympiques, élection présidentielle américaine...) en mesure de soutenir le marché publicitaire cette année.Ainsi, Pearson "espère des progrès en termes de résultats, de trésorerie et de retour sur investissement". Autrement dit, il y aura un léger mieux, mais le véritable bond en avant ne devrait avoir lieu qu'en 2005. L'an prochain, "nous prévoyons une très solide performance de l'ensemble de notre groupe", ajoute le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :