Faurecia affiche une croissance supérieure au marché

 |  | 408 mots
Lecture 2 min.
Faurecia parvient à tirer son épingle du jeu, malgré la crise de l'automobile européenne. L'équipementier français a ainsi dégagé un bénéfice net sur 2003 de 10,1 millions d'euros, effaçant ainsi les pertes de 59,1 millions d'euros enregistrées en 2002. Il s'agit du premier exercice bénéficiaire depuis quatre ans. Mais les six derniers mois de l'exercice ont été particulièrement difficiles : Faurecia a dû y concéder une perte nette de 6,1 millions d'euros. Un chiffre qui reste cependant modeste au regard de la perte de 59,7 millions d'euros du second semestre 2002. La première clé de cette bonne résistance est la capacité de Faurecia à gagner des marchés. La filiale à 72% de PSA a ainsi vu son chiffre d'affaires progresser de 2,6% sur l'année (à 10,12 milliards d'euros) et reculer de 0,5% sur le second semestre. Dans le même temps, le marché automobile européen baissait respectivement de 2,2% et 3,3%. Et encore, ces chiffres de ventes ont été handicapés par le dollar et les changements de périmètre. En croissance organique, les ventes annuelles ont progressé de 8,3% sur l'année et de 4,4% sur le semestre. Faurecia parvient donc à imposer ses produits et comme dans le même temps les économies continuent, notamment dans la R&D (dont les dépenses reculent de 6,8% sur un an au second semestre), la marge opérationnelle s'améliore. Entre juillet et décembre, cette marge était de 2,9%, contre 2,6% au second semestre 2002. Le redressement de l'équipementier devrait se poursuivre en 2004 puisque son président Pierre Lévi a confirmé qu'il maintenait son objectif d'amélioration semestrielle de la marge opérationnelle. Cependant, Faurecia ne voit aucune amélioration du marché automobile en 2004. Et il est vrai que les derniers chiffres à ce propos ne sont guère encourageants. Du coup, la croissance interne devrait être plus faible cette année que l'année dernière. Mais un redémarrage de l'activité devrait intervenir fin 2004. Evidemment, ces bons chiffres ne devraient pas calmer des marchés qui continuent de spéculer sur une éventuelle sortie du capital de PSA. Le groupe de Sochaux pourra sans doute mieux vendre une entreprise dynamique. En cette période où les OPA sont à la mode, les marchés ne s'y sont d'ailleurs pas trompé. Depuis le début de l'année, le titre est très recherché et a gagné plus de 25%. Vendredi, après une ouverture en hausse, l'action perd 3,18% à 62,45 euros à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :