La marge de Cap Gemini a stagné en fin d'année

Dans un communiqué laconique, Cap Gemini avait laissé entendre en novembre dernier que le quatrième trimestre 2003 ne serait pas aussi bon qu'attendu. Les résultats annuels publiés aujourd'hui le confirment. Ils montrent même que c'est l'ensemble du second semestre qui a été difficile pour la SSII.Pour preuve, après les revenus de 3,02 milliards d'euros enregistrés sur le premier semestre, le chiffre d'affaires annuel de 5,75 milliards d'euros (-18,3% en constant) suppose que les revenus du groupe n'ont pas dépassé les 2,73 milliards d'euros sur les six derniers mois. Même chose au niveau de l'exploitation. Le bénéfice opérationnel du second semestre a été de 74 millions d'euros, contre 81 millions six mois auparavant. En d'autres termes, la rentabilité du groupe n'a pas décollé entre la fin juin et la fin décembre. La marge opérationnelle n'a gagné que 3 points de base à 2,71%. Quelques éléments de consolation tout de même. Sur l'ensemble de l'année, la marge a gagné 90 points de base, à 2,7%. Celle du second semestre, de 2,71%, est d'ailleurs parfaitement en ligne avec le dernier objectif du groupe de 2-3% annoncé en novembre. Enfin, malgré la comptabilisation d'une charge de restructuration de 251 millions d'euros, la perte nette a été considérablement réduite, passant de 514 à 197 millions d'euros.Mais tout cela doit être relativisé par les deux avertissements qu'a lancés Cap Gemini au cours de l'exercice passé. Car en début d'année dernière, la SSII ambitionnait une marge annuelle de 5%, conforme à celle de 2001. Le redressement prend donc plus de temps qu'attendu initialement.D'ailleurs, ses déboires récents semblent rendre le groupe plus prudent. S'il dit espérer une amélioration de ses revenus en 2004, il n'en chiffre pas l'ampleur, pas plus qu'il ne chiffre ses objectifs de marge d'exploitation. "L'amélioration de la marge d'exploitation du groupe sera fonction du rythme auquel il renouera avec la croissance organique de son chiffre d'affaires", précise le communiqué. Autrement dit, Cap Gemini ne prend "pas d'engagement de redressement de sa marge opérationnelle", a ajouté le directeur général Paul Hermelin, lors d'une conférence de presse. Celle-ci pourrait même baisser au premier semestre, a-t-il été dit aux analystes financiers. Une réserve qui est peut-être préférable à des objectifs fantaisistes car récemment certains analystes se sont montrés très critiques à l'égard du groupe. "Tous les deux mois, ils font un profit warning. Cela pose le problème de la fiabilité de leurs outils de prévision. C'est désastreux pour le sentiment du marché", déplorait ainsi Nicolas de Smet, analyste chez HSBC, joint par Reuters en décembre dernier.Le principal enjeu pour le groupe sera donc de retrouver la confiance des marchés. Mais pour l'heure les investisseurs restent sur la défensive, d'autant que Cap Gemini a annoncé que pour la deuxième année d'affilée, il ne versera pas de dividende. En fin d'après-midi, l'action plonge de 8,81%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.