France Télécom lance une offre sur Wanadoo

Après Orange, Wanadoo. France Télécom poursuit sa stratégie de retrait de la cote de ses filiales en lançant une offre de rachat mixte sur Wanadoo, son fournisseur d'accès à Internet. France Télécom est actuellement détenteur de 71% du capital de Wanadoo. Le groupe propose aux actuels actionnaires de Wanadoo 7 actions France Télécom et 195 euros pour 40 de leurs titres. Aux cours de clôture de vendredi, la prime de cette offre est de 17,26%. Les actionnaires de Wanadoo pourront ensuite choisir, lors de l'offre subsidiaire, entre deux options. D'abord, celle d'une offre toute en cash. L'action Wanadoo sera alors rachetée à 8,86 euros, soit une prime de 17,19%. Mais une offre d'échange complet avec des actions France Télécom est aussi possible. 18 actions Wanadoo seront alors troquées contre 7 actions France Télécom. La prime aux cours de clôture de vendredi sera alors de 17,13%. L'offre courra du 9 mars au 13 avril. Rappelons cependant que Wanadoo avait été introduit à la Bourse de Paris le 18 juillet 2000 à 22,30 euros. La perte globale pour un souscripteur à l'IPO qui amènerait ses actions sera donc de 60%.En tout, l'opération pourrait coûter près de 4 milliards d'euros à l'opérateur historique. Selon les analystes du CIC, interrogés par l'AFP, la dilution de l'action France Télécom devrait être de l'ordre de 7%. Néanmoins, la part de l'Etat ne devrait pas passer sous les 50% à l'issue de l'opération. Elle devrait se situer entre 50 et 51% après le rachat de Wanadoo contre 54,5% aujourd'hui. Cette nouvelle offre était attendue depuis plusieurs semaines par le marché. L'action Wanadoo avait bénéficié de ces rumeurs - toujours démenties par l'opérateur historique hexagonal - notamment en décembre et en janvier. La ferveur était cependant tombée en février où le titre avait perdu plus de 10%. France Télécom continue ainsi sa refonte. En intégrant sa filiale Internet après sa filiale de téléphonie mobile, le groupe espère évidemment simplifier sa structure de coûts et réaliser des économies d'importance. Il a indiqué que l'intrégration de Wanadoo devrait permettre d'augmenter son résultat brut d'exploitation de 150 millions d'euros annuels. Par ailleurs, selon Merrill Lynch, la concurrence dans le domaine de l'ADSL force Wanadoo à une plus importante proximité avec la stratégie de France Télécom.Les marchés ne manquent pas, quant à eux, de tirer les conséquences de cette stratégie. Les titres de la filiale de services aux professionnels de France Télécom, Equant, sont donc très recherchés. Lundi, l'action Equant a progressé de 4,24%, à 8,610 euros. Reste que le groupe n'abandonne pas la mise sur le marché de certaines de ses filiales. Il a ainsi précisé qu'en cas de succès de son offre sur Wanadoo, il n'excluait pas d'introduire en Bourse les Pages Jaunes dès le deuxième trimestre. Une idée sans nul doute inspirée par le succès de Yell au Royaume-Uni et qui devrait permettre d'amortir le coût de ce rachat. En clôture lundi, le titre France Télécom a perdu 2,85% seulement, à 22,12 euros, preuve que les opérateurs minimisent l'impact de l'opération et restent confiants. De son côté, l'action Wanadoo a gagné 15,48%, à 8,73 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.