Interbrew et AmBev officialisent leur alliance

 |  | 414 mots
Ce sera finalement une fusion sans en être vraiment une... Alors que depuis mardi les spéculations allaient bon train sur la tournure que prendrait l'alliance entre Interbrew et AmBev, les deux brasseurs belge et brésilien ont annoncé mercredi matin leur rapprochement, via des échanges de participations. En fait, il ne s'agit pas d'une fusion au vrai sens du terme. Car s'il va y avoir échange de titres, deux entités séparées (Interbrew et AmBev) vont être maintenues avec des cotations séparées. Le patron d'Interbrew, John Brock, a plutôt qualifié l'opération de "combinaison" créant un partenariat "inextricable".D'abord, Interbrew va prendre 8,25 milliards d'actions (52,8% des droits de vote) du Brésilien, en échange de 141,7 millions de ses propres actions. Dans un second temps, Interbrew va aussi mettre la main sur 9,5 milliards d'actions ordinaires et 13,8 milliards d'actions préférentielles émises par AmBev en échange de la cession du canadien Labatt, qui sera intégré à AmBev. Enfin, Interbrew devra lancer une offre sur toutes les actions ordinaires AmBev détenues par le public.Au final, Interbrew, rebaptisé InterbrewAmBev, sera majoritaire dans AmBev, alors que les actuels actionnaires de ce dernier détiendront 25% d'InterbrewAmBev.John Brock a précisé que son groupe allait investir 9,2 milliards d'euros dans cette affaire tandis que son partenaire investira 4,6 milliards. Toujours d'après lui, le nouvel ensemble devrait avoir une valeur boursière d'environ 16,5 milliards d'euros.Le but pour les deux protagonistes est tout simplement de créer un nouveau leader mondial dans le secteur des brasseurs. Le nouvel ensemble devrait atteindre une part de marché mondiale de 14% pour un chiffre d'affaires de 9,5 milliards d'euros.Si certains dès hier se sont inquiétés de la capacité du Belge à se lancer dans une acquisition, il faut reconnaître que sur le plan stratégique l'opération a du sens. Se rapprocher d'un acteur sud-américain va permettre à Interbrew d'utiliser des réseaux de distribution en Amérique latine, tout en réduisant les risques d'offensive américaine sur ce secteur. Et dans cette optique, les spécialistes considéraient jusqu'ici que AmBev était certainement la proie la plus intéressante, car la seule réellement solide.latribune.frRésultat en hausse chez InterbrewParallèlement à son annonce sur AmBev, Interbrew a présenté ses résultats 2003. Ils font ressortir un Ebitda en hausse de 7%, à 1,5 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires de 7,04 milliards d'euros (+0,7%). Le résultat net est lui en progression de 8,1%, à 505 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :