Craintes d'émission obligataire autour de Bayer

Quatre jours après avoir déçu le marché avec une perte historique, Bayer fait de nouveau douter les investisseurs. Ce week-end, le groupe allemand a demandé à ses actionnaires le renouvellement d'une autorisation d'émettre des obligations convertibles ou des warrants. Un montant de quatre milliards d'euros a été évoqué.Immédiatement, le marché y a vu le souhait de Bayer de se lancer dans une acquisition en ayant recours à une émission obligataire. "Cela pourrait être interprété comme une indication de la volonté de Bayer de financer une acquisition par endettement. La société a indiqué être à l'affût d'acquisitions possibles dans les produits de santé de grande consommation", a déclaré à Reuters un analyste d'outre-Rhin. Certains bruits avaient effectivement laissé entendre en février que Bayer pourrait mettre la main sur l'activité de médicaments sans ordonnances de Roche.Aujourd'hui, un porte-parole du groupe a assuré qu'"il n'y a aucun projet immédiat touchant au capital". Toujours est-il que cela ne suffit pas à calmer les inquiétudes des investisseurs, qui restent sur la défensive. L'action lâche 2,5% à Francfort en fin de journée. Le marché verrait visiblement d'un mauvais oeil une opération dans les mois à venir, alors que le groupe traverse une période délicate. La semaine dernière, il a annoncé une perte historique de 1,4 milliard d'euros en raison de la dépréciation de la branche chimie et polymères (1,9 milliard).Bayer ne cache pas qu'il veut désormais se séparer de cette activité rebaptisée Lanxess (ex-NewCo) et a annoncé qu'elle sera considérée dès juillet comme une entité indépendante. Reste que pour l'heure, rien n'est encore engagé concernant un véritable spin-off ou une mise sur le marché. Vraisemblablement, les investisseurs préfèrent donc que le groupe éclaircisse un peu ce dossier avant de s'engager dans des acquisitions qui risqueraient d'alourdir son endettement.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.