Cible potentielle pour Accor, Club Med flambe

 |  | 414 mots
Lecture 2 min.
Le récent retour en grâce des OPA a visiblement rendu les investisseurs très réactifs. Faisant feu de tout bois, ils se ruent sur la moindre valeur que les rumeurs (plus ou moins sensées) voient comme la prochaine cible. Le phénomène s'est vérifié à plusieurs reprises avec Deutsche Bank ces derniers temps. Il se confirme encore aujourd'hui avec Club Méditerranée.Cela fait pourtant longtemps que des observateurs estiment que le groupe de tourisme devra tôt ou tard s'adosser à une structure plus large pour sortir de l'ornière et se développer. Interrogé en décembre par Le Monde, Henri Giscard d'Estaing, le patron, n'a d'ailleurs pas fermé la porte à un rapprochement "si cela doit accélérer le redressement de l'entreprise".Mais, dans le climat actuel et à la veille de l'assemblée générale du groupe, il a suffi d'une étude d'analyste - détaillant quelles pourraient être les modalités d'une opération - pour que le titre s'emballe. Mercredi soir, il progressait encore de 9,17%, après s'être envolé de plus de 10% dans l'après-midi. C'est Oddo Securities qui a été à l'origine de la flambée du titre, via une note dans laquelle son analyste Gilles Raffort se demande: "et si la restructuration de l'offre Loisirs d'Accor passait par la reprise du Club Med?"Plus concrètement, Gilles Raffort estime que des actifs d'Accor (hôtels Accor Vacances et tour Operators) et les villages de vacances du Club Med pourraient être regroupés dans une structure dont le groupe hôtelier prendrait au moins 51% du capital. Le solde pourrait être confié à Colony Capital, qui a déjà traité plusieurs affaires avec Accor. Enfin, autre avantage, cette solution offrirait une porte de sortie à la famille Agnelli, détentrice de 23,9% du capital de Club Med.Si des problèmes de culture d'entreprise, d'offre ou de présence géographique ont pu être opposés à des rumeurs de fusion dans d'autres secteurs (concernant notamment Danone), Gilles Raffort estime de surcroît que ces questions ne se poseraient pas dans le cas d'une alliance Accor-Club Med. Il existe selon lui entre les deux groupes des cultures proches, des produits complémentaires et des destinations communes.Reste bien évidemment à savoir à quel prix pourrait se traiter l'affaire. Pour l'analyste, elle pourrait être conclue sur la base d'un cours d'OPA théorique de 46 euros par action Club Med. En fin d'après-midi, les deux groupes n'avaient fait aucun commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :