Aventis met en avant ses résultats pour contrer Sanofi

 |  | 502 mots
Lecture 2 min.
Le ton est donné et on ne risque en aucun cas de se tromper d'enjeu. Dès le début du communiqué de présentation de ses résultats 2003, Aventis rappelle une nouvelle fois qu'il rejette l'offre de Sanofi. Et pour se justifier, le groupe déroule un argumentaire qui était attendu.D'abord, il insiste sur la qualité de sa performance. Si les ventes de son coeur de métier se sont tassées de 4,5% l'an passé à 16,79 milliards d'euros, c'est uniquement en raison d'effets de conversion défavorables. A taux constant, elles ont progressé de 5,9%.Côté résultats, Aventis pense également être en mesure de convaincre. Grâce à une accélération au quatrième trimestre, le groupe a aisément atteint son objectif de croissance du résultat situé dans une fourchette de 15 à 18%. A 2,44 milliards d'euros, le bénéfice a progressé de 17,5%. La réduction du nombre de titres en circulation lui a même permis de porter à 18,6% la hausse de son bénéfice par action (3,11 euros).Mais Aventis sait aussi qu'il doit être capable de proposer de la croissance dans les années à venir pour justifier sa stratégie consistant à faire cavalier seul. Ainsi, ses activités de coeur de métier devraient progresser de 6 à 7% cette année, puis passer à la vitesse supérieure avec une progression moyenne de 10 à 11% entre 2005 et 2007. Les résultats devraient suivre. Coutumier des formules alambiquées, Aventis précise qu'en 2004, il vise une "croissance en milieu de fourchette à deux chiffres de son bénéfice par action", soit environ 15%. Il se veut néanmoins plus explicite pour la suite, indiquant viser une croissance "de 13 à 15%" entre 2005 et 2007.Pour y parvenir, Aventis pourra très probablement compter sur la réduction du nombre de ses actions en circulation. Un programme de rachat de 2 à 3 millions de titres est prévu pour 2004 et 2005. Ils viendront compléter les 22,8 millions de titres (soit 2,8% du capital) constituant déjà l'auto-contrôle.Enfin, Aventis évoque bien entendu ses grandes orientations stratégiques. Il prévoit des désinvestissements sur des produits non-stratégiques pour un montant de cessions de 1,5 milliard d'euros. Et il met un coup de projecteur sur l'état de sa recherche, son talon d'Achille d'après de nombreux observateurs et un élément central dans le raid de Sanofi.S'il parle de quelques lancements précis de produits pour 2004, le laboratoire franco-allemand mise surtout sur l'efficacité des chiffres. Quatre nouveaux lancements sont espérés en 2004 et cinq produits sont en attente d'autorisations. Aventis revendique en outre un "solide pipe-line" avec 94 produits en développement.Bref, les conclusions d'Igor Landau, le président, n'ont pas changé d'un iota. "C'est très clair: ils ont besoin de nous, nous n'avons pas besoin d'eux", a-t-il réaffirmé dans le communiqué avant d'ajouter en conférence de presse: "si d'aventure nous considérions de nous combiner avec un autre groupe, nous nous mettrions ensemble avec quelqu'un de la même taille ou plus gros pour devenir le leader mondial".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :