Munich Re se redresse, malgré des pertes historiques

Munich Re présente des pertes historiques. Le réassureur bavarois a accusé mercredi ses premières pertes nettes annuelles depuis 1906, année du tremblement de terre qui avait alors détruit San Francisco. En 2003, le groupe a perdu 434 millions d'euros, contre un bénéfice net de 1,1 milliard d'euros un an plus tôt. Ce chiffre est nettement supérieur aux attentes du marché. Pour preuve, le consensus Reuters s'établissait à 279 millions d'euros de pertes nettes. Cette plongée dans les pertes reste cependant en grande partie due à des éléments exceptionnels. D'abord, la charge fiscale du groupe a été nettement supérieure à celle des années précédentes à 1,8 milliard d'euros. Ensuite, le groupe a continué le réajustement de ses participations, ce qui a amené des dépréciations de survaleurs. A noter que la comparaison avec 2002 est délicate dans la mesure où le groupe allemand présentait ses comptes selon les nouvelles normes comptables internationales. Mais au-delà de ces éléments exceptionnels, Munich Re semble avoir amorcé son rebond en présentant un résultat opérationnel nettement supérieur aux attentes des analystes. Le groupe a ainsi réalisé un bénéfice imposable de 2 milliards d'euros, là où le consensus Reuters ne prévoyait un bénéfice imposable que de 1,7 milliard. Une performance due en grande partie à la division réassurance. Cette dernière affiche un bénéfice imposable de 2,7 milliards d'euros, malgré des entrées de primes pénalisées par les effets de change (+2,6%, mais +9,8% hors effets de change). Une situation en grande partie explicable par l'absence de catastrophe de grande ampleur en 2003 sur les marchés de Munich Re. Le groupe allemand, du coup, peut afficher une certaine sérénité. Son ratio combiné (rapport entre les dommages payés et les frais, et les entrées de primes) est passé sous la barre des 100% en 2003 dans les deux secteurs clé de Munich Re: 96,7% pour la réassurance et 96,4% pour l'assurance primaire. Preuve, donc, du retour à la rentabilité. Compte tenu de l'absence en 2004 d'éléments exceptionnels prévisibles, Munich Re table sur un bénéfice net de 2 milliards d'euros pour l'année en cours. Une perspective qui réjouit les opérateurs. En fin de séance, le titre Munich Re progressait à Francfort de 4,06%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.