Un remboursement d'impôts porte le résultat de Boeing

En apparence, Boeing a fini l'année 2003 sur un rythme très élevé. Au quatrième trimestre, le résultat net du constructeur aéronautique américain s'est envolé de 88% à 1,11 milliard de dollars, soit un bénéfice par action de 1,37 dollar. Mais cette performance doit beaucoup - 87 cents par action - à un remboursement fiscal. Hors cet élément exceptionnel, le bénéfice par action de Boeing est de 50 cents, un résultat supérieur de 4 cents aux attentes de Wall Street mais très inférieur au BPA (hors exceptionnels ) de 73 cents affiché lors du même trimestre de 2002.Durant les trois derniers mois de 2003, le chiffre d'affaires de Boeing s'est replié de 4%, toujours en raison des difficultés de sa division d'aviation commerciale. Cette branche a vu ses livraisons sur le trimestre reculer de 17% avec 71 appareils livrés et un chiffre d'affaires en repli de 8%. Sur l'ensemble de l'exercice, Boeing n'a livré que 281 avions, dépassé pour la première fois par Airbus et ses 305 livraisons. Le chiffre d'affaires annuel de la division a chuté de 21% à 22,4 milliards de dollars. Le groupe américain ne réalise plus que 44% de son activité dans l'aviation commerciale contre 52% en 2002. Dans ce contexte difficile, le résultat d'exploitation de cette branche a été divisé quasiment par 3 en un an à 707 millions d'euros. Pour compenser en partie du moins le repli enregistré dans ses activités civiles, Boeing a pu compter sur sa division Sytèmes de défense (IDS). Son chiffre d'affaires a progressé de 3% au quatrième trimestre et de 10% sur un an an à 27,36 milliards de dollars, soit 54% du chiffre d'affaires total. A l'exception des activités spatiales, tous les segments de cette division ont vu une augmentation de leurs résultats opérationnels. Sur l'année, la division IDS a enregistré plus de 50 milliards de dollars de nouvelles commandes, alors que le principal client de Boeing est le gouvernement américain, qui a engagé un programme d'investissements particulièrement important pour sa défense et son armée. Quant à la troisième branche du groupe, à savoir son bras financier, elle affiche une hausse de 11% de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre (+23% sur l'année), et dégage un bénéfice avant impôts en progression de 99% à 143 millions de dollars.Au final, en dépit d'un résultat net flateur (+42% à 698 millions de dollars), Boeing accuse un repli de 7% de son chiffre d'affaires total, à 50,48 milliards de dollars pour un résultat opérationnel de 423 millions, à comparer avec les 3,45 milliards enregistrés en 2002. Pas de quoi pavoiser, donc, et l'année écoulée restera sans doute chez Boeing un mauvais cru tant elle a été émaillée de sombres épisodes. Pour n'en retenir qu'un, rappelons la démission de Phil Condit de son poste de PDG à la suite des scandales liés à l'attribution de contrats par le Pentagone. Pour la nouvelle équipe dirigeante, menée par Harry Stonecipher, il s'agit maintenant de relancer Boeing. La première pierre de cette relance a été posée en décembre avec le coup d'envoi donné à son nouvel appareil, le 7E7 Dreamliner, un long-courrier de 200 à 300 places qui devrait voler en 2008. Pour ce qui est du plus court terme, Boeing dit s'attendre à un chiffre d'affaires de l'ordre de 52 milliards de dollars cette année et compris entre 55 et 57 en 2005. Pour ce qui est du BPA, il devrait être compris dans une fourchette allant de 1,75 à 1,95 dollar cette année et osciller entre 1,95 et 2,20 l'année suivante. Ces scénarios reposent sur plusieurs hypothèses: la première, c'est que Boeing livrera 285 appareils civils en 2004 (contre environ 300 chez Airbus) et environ le même nombre en 2005. La deuxième, c'est que la branche Défense du groupe va poursuivre sa croissance avec l'espérance pour Boeing de voir se concrétiser cette année le contrat avec l'armée américaine portant sur 100 avions ravitailleurs, contrat pour l'instant suspendu en raisons d'une enquête sur les pratiques de l'avionneur.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.