Rhodia tente de rassurer après son "mercredi noir"

 |  | 400 mots
Lecture 2 min.
Comme annoncé ce matin par la Tribune (lire ci-contre), Rhodia a confirmé aujourd'hui la vente de sa branche additifs alimentaires au groupe agroalimentaire danois Danisco. L'opération s'élève à 320 millions d'euros, mais, selon le communiqué du chimiste français, devrait rapporter une "plus-value" de "plus de 200 millions d'euros". Le 13 février dernier, Rhodia avait déjà annoncé être en "négociations exclusives avec Danisco" sur cette cession. Rhodia semble être parvenu à bien valoriser sa division d'additifs alimentaires qui, il est vrai, présentait peu de synergies avec le reste du groupe. L'opération valorise en effet plus de 10 fois l'excédent brut d'exploitation de cette branche en 2003 et 1,5 fois son chiffre d'affaires de l'an passé. Les activités cédées emploient actuellement 860 personnes dans le monde.Il s'agit d'un pas décisif dans le plan de restructuration annoncé en décembre dernier par la direction de Rhodia. Comme le note dans son communiqué Jean-Pierre Clamadieu, le directeur général du groupe, cette vente représente "près de la moitié des 700 millions d'euros de produits de cession attendus cette année". "Cela marque une étape importante dans le plan de redressement de Rhodia et contribue de manière significative au désendettement du groupe", a-t-il poursuivi. Elle devrait être suivie d'une autre cession de 300 millions d'euros environ. Le directeur général du groupe estime qu'aucune cession supplémentaire n'est prévue pour le moment.Au sujet de la dette, il faut bien avouer que Jean-Pierre Clamadieu est un peu optimiste. Car, après les déclarations publiées hier dans son rapport interne, les investisseurs s'étaient inquiétés de la capacité de Rhodia, même après son plan de cessions, à rembourser sa dette et notamment ses emprunts obligataires venant à échéance en 2005 et 2006 (800 millions d'euros en tout). La Tribune publie aujourd'hui des informations faisant état de négociations pour un nouveau plan plus global de refinancement "de l'ordre d'un milliard d'euros" (lire ci-contre). D'ores et déjà, Jean-Pierre Clamadieu a indiqué que l'augmentation de capital prévue devrait être supérieure à 300 millions d'euros. Il a cependant considéré que le chiffre de 600 millions d'euros parfois évoqué était "excessif". En tout cas, les annonces de ce matin enchantent les investisseurs. Dans un marché très déprimé, l'action a rebondi de 2,81% mercredi en clôture. Loin toutefois de la dégringolade (-9,52%) de mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :