Les résultats de Fortis profitent du rebond des marchés

Un véritable effet démultiplicateur. Si les marchés européens ont gagné en 2003 environ 16% (indice Euro Stoxx), cela s'est traduit par une envolée beaucoup plus spectaculaire des bénéfices de Fortis. L'an passé, le résultat net du bancassureur a été multiplié par quatre, à 2,2 milliards d'euros. En fait ce n'est d'ailleurs pas tant la hausse des marchés en 2003 que leur déprime en 2002 qui est à l'origine de ce grand écart. Car en 2002, le groupe avait été contraint d'ajuster à la baisse (-1,73 milliard d'euros, dont une grande partie n'était que latente) la valeur de son portefeuille.Le phénomène n'a pas eu la même ampleur en 2003 (les corrections se sont limitées à 311 millions d'euros), permettant par conséquent au groupe de rebondir. Toutefois, n'attribuer cette progression des résultats qu'à la seule reprise des marchés serait réducteur."Nos performances opérationnelles ont continué à s'améliorer grâce à de nouvelles réductions de coûts, des marges d'intérêt plus favorables et des excellents résultats en assurance Non-vie générés par la forte réduction des ratios combinés", tient à rappeler Anton van Rossum, le patron du groupe. Les chiffres le prouvent. L'année avait débuté "médiocrement", selon les mots du président, mais il y a eu un rattrapage sur les derniers mois. Au troisième et quatrième trimestres, le résultat courant (avant corrections de valeur) a respectivement gagné 11 et 98%. Au global, l'année s'est soldée par un bénéfice courant avant corrections de valeur de 2,56 milliards d'euros, en hausse de 19%.Dans le pôle banque, le résultat courant a progressé de 25% (1,44 milliard d'euros) en tenant compte des corrections de valeur et de 6% en les excluant. Mais c'est surtout dans la branche assurance que les ajustements avaient été les plus lourds en 2002. C'est donc dans cette division que les progrès sont aujourd'hui les plus évidents. Son résultat courant est passé de -616 millions à + 996 millions d'euros en un an. Une progression d'autant plus appréciable que l'assurance a aussi profité d'une amélioration de sa rentabilité intrinsèque. Son résultat avant prise en compte des corrections de valeur a augmenté de 29%.Après ce spectaculaire redressement, Anton van Rossum se veut plus modeste pour 2004. Il se contente de prévoir "un résultat courant en hausse pour l'année en cours".L'action a perdu 4,03% à Bruxelles jeudi.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.