Bouygues Télécom reste le principal moteur du groupe Bouygues

Bouygues toujours soutenu par sa branche télécom. Le groupe de BTP français a annoncé mercredi un résultat net part du groupe, hors plus-value de la cession de Bouygues Offshore en 2002, en hausse annuelle de 41% à 450 millions d'euros pour l'ensemble de l'année 2002. Sur le plan opérationnel, le résultat d'exploitation progresse sur un an de 17% à 1,24 milliard d'euros. Ces deux progressions ont été réalisées dans un contexte encore délicat: le chiffre d'affaires du groupe a reculé de 2% à 21,82 milliards d'euros. En fait, les activités traditionnelles de Bouygues, la construction et l'immobilier, restent dans une passe délicate. En 2003, les ventes de Bouygues Construction et de Bouygues Immobilier ont reculé respectivement de 3 et 4%. Certes, leur situation financière s'améliore un peu, compte tenu de la reprise de l'activité, mais il s'agit surtout d'un frémissement. Par exemple, la branche construction sort du rouge en 2003 avec une contribution au bénéfice net positive de 23 millions d'euros. En 2002, la contribution avait été négative de 26 millions d'euros. Quant à l'activité immobilière de Bouygues, sa contribution au bénéfice net progresse de 19% à 44 millions d'euros, mais elle reste inférieure à 10% du total du bénéfice net du groupe. A noter par ailleurs que Colas, le constructeur de routes, demeure le premier contributeur au bénéfice net du groupe avec 192 millions d'euros. Sa participation est cependant en recul de 4%. Plus que jamais donc, ce sont bien les activités de communication du groupe qui assurent son dynamisme. TF1 et surtout Bouygues Télécom affichent ainsi une hausse de 5% et de 14% de leurs chiffres d'affaires. En termes de contribution au résultat net, Bouygues Télécom affirme sa fonction de "vache à lait". Compte tenu de la montée de Bouygues dans le capital de l'opérateur en 2003 (de 62% à 73%), ce dernier voit sa contribution au résultat net progresser de 95% à 146 millions d'euros. Désormais donc, avec 15% du chiffre d'affaires, Bouygues Télécom représente 32,4% du résultat net du groupe. Si on rajoute TF1, on constate que l'ensemble des activités de communication contribuent pour moitié à la rentabilité de Bouygues. Pourquoi un tel dynamisme? Bouygues Télécom, qui a dégagé en 2003 un bénéfice net global de 201 millions d'euros, est parvenu à acquérir 673.000 nouveaux clients, soit 41% de plus qu'en 2002. L'opérateur a notamment profité de l'i-mode, son service multimédia mobile, qui a convaincu, selon lui, 570.000 utilisateurs en 16 mois de mise en service. Pour sa deuxième année de rentabilité seulement, le troisième opérateur mobile français devient particulièrement alléchant pour son principal actionnaire qui voudrait bien profiter à plein de ses gras profits. D'où sa volonté de monter à 83% dans le capital de Bouygues Télécom à fin 2004. Pour l'année en cours, le schéma de 2003 devrait se poursuivre. La hausse attendue de 8% des ventes de Bouygues Télécom devrait permettre au chiffre d'affaires de Bouygues de progresser de 2,5%. Concernant sa rentabilité, le groupe devrait "poursuivre sa croissance significative des résultats". Et nul doute que là encore, l'impact de la communication devrait progresser.Mercredi, l'action Bouygues a terminé stable.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.