Les ventes de Lagardère Media en léger repli

 |  | 378 mots
Lecture 2 min.
Un tout petit peu moins bien qu'attendu. L'an passé, le chiffre d'affaires du pôle médias de Lagardère (64% de l'activité du groupe) a reculé de 1,9%, à 7,94 milliards d'euros. Les analystes sondés au préalable par Reuters espéraient un chiffre légèrement supérieur, à 8,1 milliards d'euros.Si la baisse du dollar a coûté cher aux activités médias (à données comparables les ventes ont augmenté de 2,1%), le groupe invoque aussi "un léger ralentissement de leur croissance interne au quatrième trimestre du fait de bases de comparaison 2002 particulièrement élevées".Au sein de cette branche médias et sur l'ensemble de l'année, "la division Hachette Livre enregistre la meilleure performance avec une croissance de ses ventes supérieure à celle du marché", fait remarquer le groupe. La croissance interne a atteint 3,5%. Viennent ensuite Lagardère Active (+3%), Hachette Distribution Services (+2%) et Hachette Filipacchi Médias (+1%). Cette dernière a notamment souffert de l'attentisme des annonceurs avec la guerre en Irak, mais a tout de même mis fin à deux années consécutives de baisse.Pour l'ensemble du groupe, les chiffres sont moins significatifs. La ligne EADS (+3,9%) correspond simplement à une intégration à hauteur de la participation de Lagardère dans le groupe de défense et d'aéronautique (15,07%). Et la ligne automobile (782 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2002) est restée vierge compte tenu de l'arrêt de l'activité. Au global, le groupe accuse donc une repli de 5,8% de son chiffre d'affaires. Compte tenu des diverses modifications de périmètre intervenues, Lagardère ne fournit pas de données retraitées.Mais, malgré le repli de l'activité, l'essentiel aura certainement été sauvé aux yeux des investisseurs. "La baisse du dollar aura un impact limité sur la profitabilité de Lagardère Media en 2003. En effet, les activités exposées au risque dollar étant localisées aux Etats-Unis, les coûts associés sont également libellés en dollars de telle sorte que le risque est limité aux profits - qui, par ailleurs, font l'objet en 2003 d'une couverture de change partielle", souligne le communiqué. Ainsi, les activités médias - sur lesquelles Lagardère compte se recentrer (voir ci-contre) - devraient voir leur résultat d'exploitation afficher une croissance à deux chiffres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :