Sortie imminente de la faillite pour MCI

La date est prise. L'opérateur télécoms MCI, ex-WorldCom, sortira le mois prochain de la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, sous laquelle il s'était mise en juillet 2002. Le mois dernier, le groupe avait demandé 60 jours de délai supplémentaire avant de s'extraire du chapitre 11, avançant que la révision de ses comptes prenaient plus de temps que prévu.La correction est sévère. Elle fait passer les comptes de 2000 et 2001 dans le rouge, respectivement à hauteur de 48,9 et 15,6 milliards de dollars. L'année 2002, dont les comptes n'ont jamais été publiés, enregistre un déficit de 9,2 milliards de dollars. Au total pour 2000 et 2001, MCI a passé une charge de dépréciation d'actifs de 59,8 milliards de dollars, une correction de 5,8 milliards de dollars liée aux acquisitions effectuées par le groupe à cette époque et 8,8 milliards de dollars de charges en raison de la sous-estimation des coûts d'accès au réseau. Dans son communiqué, MCI annonce des revenus de 39,3 milliards de dollars pour 2000 et de 37,7 milliards de dollars pour 2001, mais ne donne pas de comparatif par rapport aux publications faites ces années là. A l'époque, la société était séparée en deux entités, MCI, qui regroupait les communications longues distances et WorldCom qui chapeautait les services aux entreprises et l'accès Internet. Après avril, MCI aura définitivement tiré un trait sur le scandale financier qui avait mis à jour 11 milliards de dollars de malversations comptables et qui lui a coûté 750 millions de dollars d'amende payables en cash et en obligation. Le 31 octobre dernier, le groupe a reçu l'accord de la SEC pour sortir de la faillite. Le chapitre 11 a permis à l'opérateur de réduire sa dette entre 5 et 6 milliards de dollars, contre 41 milliards. En contrepartie, le groupe a remanié son management et son conseil d'administration, embauché plus de 400 comptables pour refondre ses procédures de contrôle interne et mis en place un code de conduite. Cette sortie de la faillite se sera faite sous l'égide de Michael Capellas, ex patron de Compaq, qui a pris les rênes de la compagnie en décembre 2002. Avec une mission, sauver l'entreprise.Si pour MCI, les mésaventures sont presque terminées, elles ne font que commencer pour ses anciens dirigeants, et surtout pour son ancien patron Bernie Ebbers. Ce dernier a été inculpé début mars de complot, fraude boursière et fausses déclarations à la SEC. Il risque 25 ans de prison.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.