Sagem, leader sur le marché français des mobiles en 2003

 |  | 344 mots
Lecture 2 min.
Sagem profite de la reprise du marché de la téléphonie, mais un peu moins qu'espéré. Le constructeur français a présenté jeudi après la clôture de la Bourse des résultats en nette hausse pour l'année 2003. Le résultat net progresse ainsi sur un an de 56% à 120 millions d'euros. Le consensus Reuters des analystes tablait, lui, sur un résultat net de 125 millions d'euros. Parallèlement, le bénéfice d'exploitation a grimpé de 29,6% à 168 millions d'euros. C'est également un peu en-dessous des attentes des analystes (179 millions d'euros). Mais si la rentabilité de Sagem a encore un peu déçu, le chiffre d'affaires est plutôt satisfaisant. Les ventes du groupe ont progressé de 15,1% sur un an pour l'exercice 2003 à 3,18 milliards d'euros. Les analystes, selon Reuters, ne s'attendaient pas à plus de 3,15 milliards d'euros et l'objectif du groupe était une hausse annuelle de 12%. Et ce chiffre est d'autant meilleur qu'il est mené par la division de téléphonie mobile. Les ventes de mobiles ont ainsi progressé de 59,2% à 1,08 milliard d'euros. En tout, Sagem a vendu 14 millions de mobiles l'an passé. Le groupe a donc parfaitement su reprendre au bond la balle de la reprise du marché. Il souligne d'ailleurs dans son communiqué qu'il est devenu numéro un en France à la fin de l'année dernière. En ce qui concerne les perspectives pour l'année en cours, Sagem se dit confiant. Grégoire Olivier, le président du directoire, a indiqué que 2004 devrait se "présenter favorablement". Les objectifs du groupe sont une croissance des ventes "proche de 10%" et une hausse de 15% de son résultat d'exploitation. Comme Nokia et Siemens, Sagem entend donc surfer sur la vague du nouvel engouement pour les portables de dernière génération.Vendredi, le marché s'attache davantage aux résultats inférieurs aux prévisions qu'aux bons niveaux d'activité. Le titre chute ainsi en fin de journée de 4,21%, à 89,85 euros. Les investisseurs s'inquiètent notamment des performances du dernier trimestre 2003, où la marge d'exploitation a reculé à 4,7%, contre 5,3% au trimestre précédent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :