Gemplus se redresse, mais trop lentement pour convaincre

 |  | 365 mots
Lecture 2 min.
Des progrès, mais des résultats encore insuffisants: telle est l'appréciation portée par les observateurs après les résultats annuels de Gemplus. Du côté des bons points d'abord, Gemplus est parvenu à réduire de plus de 50% sa perte annuelle, à 157,7 millions d'euros.Si le communiqué précise que le groupe a profité d'une "dynamique favorable de la croissance des ventes tout au long de l'exercice, sous l'impulsion de la téléphonie mobile", Gemplus a surtout bénéficié d'une fin d'année dynamique. Malgré des effets de change négatifs, des coûts de restructuration et une provision pour impôts différés, le quatrième trimestre s'est soldé par une perte nette de 24,4 millions d'euros, presque quatre fois moins élevée qu'un an auparavant.La raison: des ventes en hausse (de 24,6% en annuel et de 33,2% en séquentiel) dans la téléphonie mobile, qui ont permis de compenser les chiffres moins convaincants des cartes bancaires. Et surtout, un résultat d'exploitation passé en un an de -16,6 millions d'euros à +5,2 millions d'euros, que le groupe attribue essentiellement à "l'efficacité du plan de redressement annoncé en décembre 2002". Pour mémoire, ce plan comprenait la suppression de quelque 800 emplois devant déboucher sur des économies de "100 millions d'euros, en année pleine d'ici la fin de l'exercice 2004", précise Gemplus.La marge d'exploitation en a bien évidemment profité. Négative au quatrième trimestre 2002 et nulle au troisième trimestre 2003, elle s'est établie à 2,2% au quatrième trimestre.Pour autant, le marché ne se montre pas vraiment séduit. En fin de journée, l'action Gemplus cède 1,98%, entraînant dans son sillage Oberthur Card Systems, qui lâche 1,91%. Car si redressement il y a, il est jugé insuffisant.Outres les ventes de cartes bancaires déjà évoquées et jugées "décevantes", Aurel-Leven explique que le consensus visait une marge opérationnelle de 2,9% sur la fin d'année. Même constant en ce qui concerne les perspectives. Tandis que Gemplus affirme qu'il compte "poursuivre l'amélioration de son résultat d'exploitation avant coûts de restructuration", les équipes d'Aurel-Leven regrettent que "le groupe ne donne pas d'objectifs chiffrés".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :