Rumeurs sur une OPA d'ABN-Amro sur Capitalia

Le secteur bancaire européen est actuellement lui aussi secoué par de multiples rumeurs d'OPA. Selon le quotidien italien Il Giornale, la banque néerlandaise ABN-Amro s'apprêterait à lancer une offre amicale sur sa consoeur italienne Capitalia. Il Giornale ajoute que les gouvernements italien et néerlandais seraient parfaitement informés des négociations en cours et auraient déjà eu entre eux des discussions informelles.ABN-Amro est déjà actionnaire de Capitalia à hauteur de 9%. Le quotidien italien estime que le groupe néerlandais juge le moment venu pour déposer une offre dans la mesure où Capitalia est actuellement fragilisé par son implication et son exposition dans l'affaire Parmalat. Pour finir, Il Giornale croit savoir que le président de la banque italienne, Cesare Geronzi, et le numéro deux de l'établissement romain, Matteo Arpe, seraient favorables au projet.Ces informations ont été fortement démenties par les intéressés. Si l'an dernier le président d'ABN-Amro, Rijkman Groenink, avait jugé qu'une implication plus forte de son groupe sur le marché italien serait "extrêmement intéressante", la banque d'Amsterdam a indiqué qu'elle "n'étudiait pas d'OPA" actuellement. Une source proche de Capitalia a par ailleurs indiqué à Reuters que cette information "n'avait aucun sens et ne reposait sur rien". La Bourse de Milan a elle-même indiqué qu'ABN "ne préparait pas" d'OPA sur Capitalia. Mais tout ceci n'a pas empêché le titre de la banque italienne de monter fortement à sa reprise de cotation, après une suspension d'une heure. Et en fin de séance, l'action gagnait près de 4,50%.Car il semble que cette idée d'un rachat de la banque romaine par ABN-Amro ne soit pas sans intérêt industriel. Selon un analyste néerlandais cité par Bloomberg, "l'acquisition du numéro 4 du secteur en Italie permettrait à ABN de se créer un second marché intérieur". D'autant que Matteo Arpe est parvenu à redresser de façon spectaculaire les comptes de la banque italienne. La semaine dernière, il annonçait ainsi une progression du bénéfice opérationnel de Capitalia de 47% sur un an en 2003. La banque allemande toujours en ébullitionDans une interview accordée au quotidien allemand Börsen-Zeitung, le président du directoire de HVB, Dieter Rampl, a "estimé possible de grosses fusions européennes dans le secteur cette année". Il a par ailleurs indiqué que toutes les options étaient ouvertes pour son groupe, notamment la prise de contrôle par un groupe étranger. Avec la Commerzbank, HVB est une proie potentielle pour qui souhaiterait prendre fortement pied sur le marché allemand. Les marchés bruissent de rumeurs à ce sujet depuis plusieurs mois, hésitant entre une OPA venue de l'étranger et une fusion entre banques allemandes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.