Mauvaise année 2003 pour Thomson

 |  | 558 mots
Lecture 3 min.
Triste année pour Thomson. Le groupe français d'électronique a annoncé des résultats 2003 en deçà des attentes du marché. Pour l'ensemble de l'année 2003, le bénéfice net du groupe a atteint 26 millions d'euros contre 373 millions en 2002. Certes, sur le deuxième semestre, la rentabilité de la firme s'améliore. Entre juillet et décembre, Thomson a ainsi dégagé un bénéfice net de 118 millions d'euros contre une perte de 92 millions d'euros au cours de la même période de 2002. En termes de marge opérationnelle, Thomson doit se contenter de 6% sur 2003, soit 100 points de base de moins qu'en 2002. Sur le second semestre cependant, le groupe a très nettement remonté la barre. Entre janvier et juin, la marge opérationnelle ne dépassait pas 3,7%. Elle atteint en revanche 7,9% sur les six derniers mois de 2003, soit un résultat d'exploitation de 369 millions d'euros.Reste que, dans les deux cas, Thomson affiche des chiffres assez éloignés des prévisions des analystes. Pour preuve, le consensus calculé par Reuters prévoyait un bénéfice net pour 2003 de 167 millions d'euros et une marge opérationnelle de 6,2%. Une prévision qui, déjà, était en deçà des objectifs affichés par le groupe (une marge de 6,5% pour 2003). La raison de ces écarts est double. D'une part, la division "produits grand public", qui regroupe notamment les téléviseurs, est toujours en grande difficulté. Cette division a perdu 43 millions d'euros au second semestre et 124 millions d'euros sur l'année. De même, la division "composants", qui regroupe notamment les tubes cathodiques, a perdu 63 millions d'euros au second semestre et 101 millions d'euros sur l'ensemble de 2003. De quoi empêcher le groupe d'atteindre ses objectifs de marge. Quant au bénéfice net, il est grevé par 300 millions d'euros de charges de restructuration prises sur l'ensemble de l'exercice. Du coup, les seuls îlots de rentabilité restent la division "licences" qui gère le portefeuille de brevets du groupe et qui affiche un résultat opérationnel de 411 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 462 millions d'euros. A noter également la bonne rentabilité de la division "contenus et réseaux", qui regroupe notamment les activités de duplication de CD et de DVD. Cette division affiche une croissance de 20,3% sur un an de son résultat d'exploitation 2003 à 436 millions d'euros. Soit une marge opérationnelle de 14,8%. L'enjeu de Thomson pour les années à venir est donc de se concentrer sur ses activités rentables. La mise en place du joint venture avec TCL dans les produits grand public devrait ainsi limiter la casse dans cette activité. Pour les trois prochaines années, le groupe entend "capitaliser sur et développer ses positions de leader positionné à l'interface de la création audiovisuelle, des médias et de la technologie". Autrement dit, se désengager des activités de production électronique pure. Le groupe compte ainsi rebondir et "améliorer sa rentabilité et sa génération de cash". Thomson vise également d'ici à 2007 le retour à des ventes annuelles proches de 10 milliards d'euros, contre 6,8 milliards d'euros pour le chiffre d'affaires de référence de 2003 (hors production de téléviseurs). Ce plan stratégique ne parvient cependant pas à convaincre des investisseurs très déçus par les résultats 2003 du groupe. En clôture, le titre a reculé de 7,45% à 16,75 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :