Les 3.700 points dans le viseur

La Bourse de Paris est désormais plus proche des 3.700 points que des 3.600 points. Bien orienté dans la matinée, le CAC 40 a passé la vitesse supérieure après la publication vers 16 heures d'un très bon indice de confiance du consommateur américain mesuré par l'université du Michigan. Il monte à 103,2 en janvier, son plus haut niveau depuis novembre 2000 ! Les autres statistiques du jour sont sans grande surprise. Les stocks des entreprises ont augmenté de 0,3% en novembre, tandis que leur ventes progressaient de 0,5%, le ratio stocks sur ventes se maintenant au record de 1,39 mois. La production industrielle n'a progressé que de 0,1% en décembre, contre +0,4% attendue, mais affiche une hausse de 6,2% sur le dernier trimestre, la plus forte depuis le deuxième trimestre 2000.Tout ceci profite au dollar. L'euro se replie à 1,2395 dollar. Et bien évidemment aux marchés d'actions. Le CAC 40 progresse ainsi de 1,24% à 3.671,80 points. Les échanges sont relativement fournis avec 5,2 milliards d'euros traités sur le SRD, dont 4,5 milliards sur les valeurs de l'indice. A New York, le Dow Jones gagne 0,05% à 10.559 points et le Nasdaq 0,77% à 2.125 points. A Londres, le Footsie gagne 0,71% à 4.487 points et, à Francfort, le Dax prend 1,05% à 4.111 points.La séance a été animée par le retour de la rumeur d'une fusion entre Aventis et Sanofi-Synthélabo. Dans la matinée, les titres des deux laboratoires pharmaceutiques s'envolent brutalement. Aventis gagne jusqu'à 7,85%, Sanofi-Synthélabo monte à 61,25 euros (+6,5%). Dans l'après-midi la spéculation retombe. Dans un bref communiqué publié sur le site de l'Autorité des marchés financiers, "Sanofi-Synthélabo précise que, si elle continue à étudier toute opération qui pourrait conforter son avenir à moyen et long terme, elle n'a aucune négociation en cours". Au final, Aventis ne gagne "que" 1,61% à 53,70 euros. Sanofi-Synthélabo monte de 3,65% à 59,60 euros. L'affaire se révèle gagnante pour L'Oréal, actionnaire de Sanofi à hauteur de 19,5%. Le titre prend 3,26% à 66,55 euros.Autres gagnantes de la journée, les valeurs dollar. Thomson monte de 4,89% à 18,46 euros. PPR progresse de 3,28% à 85,10 euros. EADS reprend 2,47% à 18,70 euros.Les valeurs technologiques bénéficient de la réduction de la perte trimestrielle de Sun Microsystems et du bénéfice meilleur que prévu annoncé par Juniper Networks. Alcatel avance de 4,41% à 13,73 euros. STMicroelectronics reprend 2,30% à 23,57 euros. Sur le SRD, Gemplus bondit de 7,22% à 1,93 euro, Soitec de 6,68% à 4,95 euros. En revanche, alors qu'il était très bien orienté depuis ce matin (on a gagné plus de 7%) après l'annonce de résultats préliminaires meilleurs que prévu pour 2003, le titre Atos Origin termine en baisse de 3,15% à 52,20 euros. A quelques minutes de la clôture, près de 400.000 titres se sont échangés en deux blocs. C'est près du tiers des volumes du jour...Les médias et la publicité progressent à la suite de commentaires favorables de la part d'UBS. L'intermédiaire a porté son objectif de cours sur TF1 de 29,80 euros à 34,50 euros et relevé d'"alléger" à "neutre" son opinion sur Lagardère. Les deux titres prennent respectivement 4,22% à 30,16 euros et 1,63% à 49,34 euros. Havas s'adjuge 2,53% à 5,27 euros et Publicis 1,94% à 28,32 euros, alors que le cabinet d'analystes a relevé de 3,2% à 4,3% sa prévision de croissance du marché européen de la publicité en 2004.La bonne tenue des marchés profite aux valeurs financières en revalorisant leurs actifs boursiers. Axa, qui continue de bénéficier de plusieurs relèvements de recommandations, gagne 0,42% à 19 euros et AGF prend encore 2,93% à 46,78 euros.Adecco rechute lourdement. L'action perd 10,55% à 34,41 euros. Elle s'est enfoncée après la conférence de presse tenue à 13 heures par la direction du groupe suisse. Celle-ci se dit incapable de préciser si les erreurs comptables récemment découvertes dans la filiale américaine sont frauduleuses ou non et si elles pourraient concerner d'autres pays. Les conséquences financières sont donc encore impossibles à chiffrer. Ce matin, le numéro un mondial du travail temporaire a annoncé la démission de son directeur financier, Felix Weber, et du directeur général d'Adecco Staffing North America, la filiale concernée par les erreurs comptables.Olivier Pinaud Copyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.