Delta réduit ses pertes mais n'est pas encore satisfait

 |  | 452 mots
"Bien qu'en ligne avec nos attentes, les résultats financiers publiés aujourd'hui sont décevants". Gerald Grinstein, patron de Delta Airlines, est pour le moins explicite au sortir de l'exercice 2003. Pourtant quelques signes d'amélioration ont pu être ressentis ces derniers mois.Grâce à un chiffre d'affaires en hausse de 2,7% et à un programme de réductions de coûts, la perte de la compagnie américaine a été réduite de 10% au quatrième trimestre. A 327 millions de dollars, elle est même inférieure aux dernières estimations de la société, qui en raison de ses engagements en matière de fonds de retraite avait dû en octobre réajuster de 225-275 millions à 365-415 millions de dollars sa prévision de perte pour les trois derniers mois de l'année (voir ci-contre).Sur l'ensemble de l'année, les chiffres apparaissent également moins alarmants qu'en 2002. Le déficit a été ramené de 1,3 milliard à 773 millions de dollars. Enfin, le groupe a travaillé tout au long de l'année à se réorganiser pour mieux affronter l'avenir. C'est ainsi qu'il a annoncé en octobre sa décision de vendre à un tiers des appareils commandés et devant être livrés en 2005. Une décision qui lui a coûté 26 millions de provisions à court terme mais lui évite une dépense d'investissement de 500 millions (voir ci-contre).Cependant, pour Gerald Grinstein, la compagnie est encore loin d'être tirée d'affaires. Il est vrai que, à l'image de l'ensemble du transport aérien américain, Delta peine encore à se relever de la crise dans laquelle l'ont plongé les attentats de 2001 et la morosité économique. Les comptes restent déficitaires alors que de nombreux groupes américains ont d'ores et déjà profité du rebond économique pour sortir du rouge. Et d'autre indicateurs sont encore plus inquiétants - permettant au passage de mieux comprendre la déception de Gerald Grinstein. Ainsi de la ligne de fonds propres, qui s'est considérablement dégradée. De +893 millions de dollars en 2002, elle fait désormais apparaître un solde négatif de 862 millions de dollars.Dans ces conditions, le discours reste aussi prudent que par le passé. "Delta va devoir faire face à de nombreux obstacles en 2004", prévient le communiqué. La compagnie ne donne pas la liste détaillée de ces "obstacles". Mais on peut à coup sûr s'attendre à un prolongement de la période d'austérité. D'ailleurs, Delta a annoncé avoir entamé une "réévaluation stratégique complète de ses activités" pour s'assurer qu'elle est "competitive dans un secteur qui évolue rapidement".Le marché se veut toutefois moins déçu que Gerald Grinstein. Deux heures après l'ouverture de New York, l'action avance de 2,06%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :