BNP Paribas a bien terminé l'année

 |  | 613 mots
Lecture 3 min.
Le retournement de la conjoncture sur les marchés financiers a permis à BNP Paribas de réaliser une performance plus qu'honorable en 2003. Alors que durant les exercices précédents l'activité de l'établissement était principalement tirée par la banque de détail, l'année écoulée a vu BNP Paribas reprendre de la vigueur sur l'ensemble de ses métiers. Cette vitalité retrouvée se traduit dans les comptes annuels. En 2003, BNP Paribas a enregistré un bénéfice net consolidé part du groupe de 3,76 milliards d'euros, en hausse de 14,1% par rapport à 2002. Pour le seul quatrième trimestre, l'augmentation a été de 33,2% à 927 millions d'euros par rapport à la même période de 2002. Les résultats enregistrés sur les trois derniers mois de 2003 sont supérieurs aux attentes des analystes: le consensus établi par Reuters laissait anticiper un résultat net de 938 millions d'euros. Au niveau opérationnel, le résultat brut d'exploitation (RBE) se situe dans la fourchette des attentes des marchés à 1,62 milliard d'euros au quatrième trimestre.A l'heure de commenter ces chiffres, la direction de BNP Paribas souligne que ces résultats ont été obtenus dans un environnement économique et financier difficile "quoiqu'en voie d'amélioration". La crise boursière a atteint son point culminant à la fin du premier trimestre 2003 et la reprise est engagée aux Etats-Unis et en Asie. En revanche, BNP Paribas note "que la baisse continue du dollar a amputé significativement les profits que les entreprises européennes dégagent dans ces régions". Dans cet environnement contrasté, le produit net bancaire du groupe a progressé de 6,8% en 2003 à 16,93 milliards d'euros. Sur le seul quatrième trimestre, la progression est de 4,5% à 4,39 milliards d'euros.Par métier, une fois encore le pôle "Banque de détail" a démontré son dynamisme. Son produit net bancaire a progressé en 2003 de 1,8% et dégage un résultat annuel avant impôts de 1,24 milliard d'euros, soit une hausse de 6,3%. Mais au-delà de la banque de détail, l'exercice 2003 marque le retour à meilleure fortune des activités qui avaient particulièrement souffert les années précédentes en raison de la faiblesse des Bourses mondiales. C'est le cas du pôle "Banque privée, gestion d'actifs, Cortal Consors, Assurance et Titres" (BPGA). Cette branche a connu un vif rebond à partir du deuxième trimestre 2003 et le mouvement s'est amplifié. Sur l'année, le produit net bancaire de ce pôle a progressé de 8% à 2,47 milliards d'euros. Sur le seul quatrième trimestre, la hausse du PNB a été de plus de 15% avec une progression du résultat trimestriel avant impôts de 31% par rapport à la même période de 2002 (+17,9% à périmètre et taux de change constants). L'année a été marquée par l'intégration de Consors et Cogent. Enfin, pour ce qui est de la "Banque de Financement et d'Investissement", ce pôle, indique BNP Paribas, a retrouvé en 2003 "les plus hauts niveaux de rentabilité qu'il avait atteints en 2000". Le produit net bancaire augmente de 13,1% à 5,81 milliards d'euros et le résultat avant impôts a bondi de 58,4% à 1,87 milliard d'euros.Selon Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas, la reprise en cours pourrait donner à la banque "l'opportunité d'accélérer (son) développement par croissance organique et acquisitions ciblées". Et de chiffrer entre 5 à 6 milliards d'euros, la somme que la banque serait capable de mobiliser "sans difficulté" pour ces éventuelles opérations. Pour 2004, la direction de BNP Paribas se borne a indiquer que "en l'absence de choc majeur", la banque attend une nouvelle progression de ses résultats. A la Bourse de Paris, le titre de l'établissement cède 1,39% en clôture jeudi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :